ici et là

24 février 2017

Avant de partir de Toulouse, et au cours d’une de nos discussions, Yann me montre un numéro de Recto-Verso, de Yoel Jimenez.
Formidable!
pliure tractUn grand format sur papier kraft (30 X 40 cm à peu près quand c’est plié), sur un des principes de pliage pour faire des « petits livres » en photocop (généralement en A4 ou A3), et qui sent fort l’encre !
20170224_132324DSC00388
Capture d’écran 2017-02-24 à 12.50.17& donc m’envoie voir l’expo (qui finit samedi, soit-dit en passant, dépêchez-vous) au café d’Ombres Blanches (« Présentation des premiers 7 numéros de la revue Recto Verso, revue xylographiée artistique et graphique sur des sujets allant de la séduction aux actualités politiques… »)

Du coup, pour Yann qui ne connait pas Jean Vodaine, et sa revue Dire, en voilà une page (« juste » en typo, & pas bien photographiée, je sais …)
20170224_140518•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
A la gare, l’horloge remarche!! plus de 18h à la gare du midi…
20170222_181150
Une annonce de la chef de train, après le départ de Carcassonne, qui m’a bien plue (l’annonce) :
« Mesdames, messieurs, un petit rappel s’il vous plait : un coup de sifflet annonce le départ du train. Les personnes descendues pour fumer sont priées de se rapprocher des portes. Merci. »

DSC00362

 

A Marseille, un gros colis m’attend, avec les choses fragiles emballées dans la Dépêche du midi du 22 novembre 58.
Un encart pour alors contribuer à l’essort de la SNCF :
•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
DSC00379Retour au bord de la mer..!
(& un dessin de Roger Bichard)Capture d’écran 2017-02-24 à 21.21.50
Nous fêtons ça avec Christine Thepenier, passée par ici, avant d’aller présenter son film Les cahiers de lavis dans une galerie parisienne.

Capture d’écran 2017-02-24 à 21.07.29.

 

 

Christine était venue montrer son film précédent, Disparaissez les ouvriers, au grand M, pendant le festival de cinéma documentaire.
Capture d’écran 2017-02-24 à 21.07.45

Ce serait bien aussi de montrer celui-ci à Toulouse, il va falloir chercher où..!


de ci de là

22 février 2017

DSC00343
Photo du matin
••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
Un monsieur pas très jeune en survet’ baskets lunettes chante slam proclame danse dans le hall d’attente n°1 de la gare Toulouse Matabiau. C’est un peu drôle, il y met une énergie folle. Les gens le regardent et sourient, parfois un peu gênés. Personne n’ose s’asseoir juste à côté de lui. Un agent de la sécurité vient lui demander de se calmer. Il le prend à la légère et recommence un peu plus loin. Nouvelle intervention de la sécurité. Il prend l’agent par les épaules et lui fait voir la pendule en lui racontant je ne sais quoi. Il continue plus mollement puis va parler longuement aux jeunes installés/accoudés sur la haute table wifi.

Un monsieur âgé vouté qui parle tout seul petite casquette grosses lunettes visage rouge vieux sac de voyage et gobelet de café (qu’il touille) en plastique blanc à la main cherche une place. Elles sont toutes occupées. Je lui laisse ma place :
— Merci, charmante! Je fais le retour, mais mieux vaut être ici que en pèlerinage à Lourdes, quand même.
On attend le train, & puis voilà.

Personne ne se lève pour quelqu’un d’autre, ne prend un enfant sur ses genoux pour laisser une place.

Un petit homme avec une énorme contrebasse dans une housse bordeaux attend dans le hall, la tête levée vers le panneau d’affichage. Tous les trains sont à l’heure. La voie 5 s’affiche pour l’intercité 4657 de 11h49 à destination de Marseille-St Charles ; il prend immédiatement l’escalier mécanique. Est-ce qu’il faut un billet pour un instrument de musique « très encombrant » ? Il faut que je me renseigne.

Hall 2
Quelqu’un au piano, qui joue bien Debussy.
Une femme en anorak noir ouvert attend debout dans le hall, avec une jupe longue imprimée panthère, un haut assorti plutôt lynx, et une valise à roulettes grise avec des motifs noirs façon léopard géant.
l’homme finit son morceau de musique, des voyageurs en attente assis sur les banquette applaudissent un peu, 2,3 claps discrets.

Un agent de la propreté rencontre un ami près du baby-foot, et lui parle brièvement en s’accrochant aux poignées.

« Pour votre sécurité, il est interdit de pratiquer toute activité sportive dans l’enceinte du métro ; merci. »
Je pense aux jeunes qui s’exercent au Hip hop à l’entrée de la gare en sous-sol, tout près du métro.
••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
Sur la route, au rond-point du 21 septembre (il faut être toulousain, pour reconnaître immédiatement cette date, explosion de l’usine AZF, en 2001)
DSC00352

Je vais à Bagatelle retrouver l’association Partage (maison de chômeurs), pour déjeuner ensemble puis pour un atelier d’écriture.

Dialogue de sourd avec une stagiaire, qui change de place :
— le DAL
— Ah oui, c’est un plat
— Non, c’est le Droit Au Logement
— Ah oui, moi aussi je suis mal logé

Une dame âgée de 89 ans, très chic et parfaitement maquillée, qui déballe ses maux et sa solitude, qui ne se fait plus tellement de cuisine, alors qui vient là déjeuner et rencontrer d’autres gens. Elle ne veut pas trop manger de chocolat pour ne pas grossir ; elle semble bien maigre, mais dit qu’elle a un petit ventre, en le pinçant. Son petit fils, qui lui a installé internet, se demandait bien à quoi ça pouvait lui servir à son âge, dit-elle dédaigneusement. Nous dit qu’elle pleure quand quelqu’un lui envoie sur fb des vidéos d’animaux qui souffrent.

DSC00356 DSC00359
Atelier d’écriture à la Faourette
En attendant les participants, Jean-Claude, qui anime habituellement l’atelier, me raconte qu’il était chercheur de mots en freelance à Paris pendant 20 ans, pour la pub. Chercher des noms à un produit, imaginer des produits qui n’existent pas encore. Dans les années 70-80, ils (une dizaine de chercheurs de mots) se retrouvaient régulièrement en « séminaire-brainstorming » au Moulin d’Andé !

A partir d’un concept, du cahier des charges du produit, trouver des milliers de mots ; puis n’en garder qu’une centaine, puis une dizaine ; le dernier choix étant effectué par l’entreprise. (& quand ils trouvaient une idée vraiment géniale, qui sortait du lot, jamais elle n’avait été choisie !) Il ne se souvient que d’un nom de parfum pour Caron, « le 3ème homme », et ne se souvient plus de noms de yaourts provenant de ces sessions..!
Puis en parlant d’écriture, me dit :
— Les seuls mots que j’écris, c’est sur le frigo.
Il faudra que je lui amène A feu doux, de Gérard Arseguel.
••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
et un mail de Cécile, de l’Atelier des arpètes :
« voici 2 de vos affiches trouvées sur mon parcours quotidien
plus exactement sur le boulevard des Récollets au niveau
de l’église Sainte-Marie des Anges ! ou cité Daste…
01_diable 03_lumiere
avec une bonne surprise « sauvage » sur le verso des panneaux Decaux (cf photo ci-jointe)
c’est un grand plaisir de découvrir votre travail
merci ! »
Merci doublement!!
02_recto_diable


à la chasse, suite

20 février 2017

Ce matin, des mails amicaux, chouette!
« Coucou Fabienne,
j’ai suivi tes aventures avec joie (à part l’extinction des feux)
et les photos des photos et des sacs à la médiathèque ce matin : extra !
PS : lu en buvant mon café ce poème de Brautigan :
3 novembre
Me voilà assis dans un café
en train de boire un coca.
Une mouche s’est endormie
sur la serviette en papier.
Il faut que je la réveille
pour essuyer mes lunettes.
Il y a une fille
que j’ai envie de regarder. »
panneaux signalisation (3)
et puis, une photo de Shanghai, envoyée par Marc, chez qui je loge, avant que je parte en expédition.
Bon, ici moi je comprends les panneaux, mais je ne sais pas non plus où c’est !
Dans les 2 cas, on connait la distance…
••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

L’après-midi commence par un rdv avec un jeune homme qui fait une école de journalisme, une interview de 5mn au sujet des affiches, dans le couloir de la cave poésie!
Puis, je repars à la chasse aux affiches, pour en chercher à des endroits encore inconnus, ou refaire des photos de jour quand on en a des photos de nuit.
Comme un colleur d’affiche avec sa camionette Decaux change des affiches de pub, je vais lui causer. Mais il ne peut pas m’aider pour savoir où elles sont, sauf me donner un numéro de téléphone où personne ne répond ce lundi. Et de me montrer sur son téléphone la photo de son « ennemi », un « gauchiste chevelu écolo qui serait mieux au Larzac », suivant ses dires,  qui, à la tête d’une petite bande, s’attaque à la pub régulièrement , et qui le nargue quand il le rencontre.
Pas la peine de lui dire qu’il y a aussi des gauchistes non chevelus, ou inversement …
DSC00307 DSC00315DSC00337
Si voilà 3 « L’habitude… » à des endroits différents, par contre un seul « Souvent j’oublie d’être libre »… Où sont les autres?! Il y a 4 exemplaires d’une même affiche quelque part dans la ville, normalement!
DSC00322DSC00323DSC00326
Céline m’avait dit voir plusieurs affiches sur la route du boulot. Je reprends la piste, de Barrière de Paris jusqu’aux Minimes (+ celle bd de Strasbourg):
DSC00303
DSC00305 DSC00295 DSC00287
De loin, on repère plus vite les affiches rouges que les affiches bleues! Celle-ci, Yann m’en avait envoyé une photo nocturne. Où sont les autres?!
DSC00317
DSC00319
En plus de celle à côté de la parapharmacie Lafayette, j’en trouve une autre vers la Patte d’Oie (enfin, pas tout près, j’ai pas mal marché…)
DSC00288
DSC00327
Et « Le diable… », pareil, où sont-elles à part celle-ci?!
DSC00291
Et puis, nous n’en avons vu aucune ( c’est la seule, totalement invisible encore ce soir!) de « L’horizon est sans perspective »… Damned!

En rentrant, je trouve un mail de Valérie, qui a participé à l’atelier « sacs à mots », avec de nouvelles photos (youpi!) des affiches repérées hier :
« Bonjour Fabienne,
En partant travailler ce matin à vélo et sur le chemin du rectorat : une première affiche à l’angle de l’avenue Crampel et de la rue Georges Clémenceau (Faire passer la lumière à contre courant). La journée commençait plutôt bien !
Puis, 50 m plus loin, toujours sur l’avenue Crampel au niveau de la place Henri Russell une deuxième (Déplacer le point de vue).
J’espère qu’elles contribueront à la progression de l’inventaire.
Très bonne soirée,
Valérie (moumoute blanche, la vie a l’air simple) »
IMG_6832 IMG_6833


à la chasse aux affiches

19 février 2017

Dimanche, il fait beau, et j’ai vu hier nuit, en passant vite en voiture avec des amis, qu’il y avait des affiches au pont des Demoiselles, et avenue Crampel. L’occasion aussi d’aller au musée Georges-Labit, qui n’en est pas loin.
Hop, en métro jusqu’au Palais de Justice, remonter jusqu’au jardin des plantes; avant d’y entrer, regarder le stand de Guy, mon marchand de cuir préféré, qui est au bout du marché (et qui a toujours des merveilles).
Je retrouve mon chemin, même si je suis juste hors-plan de mon « plan du centre-ville ». Je repère les affiches de loin.
Et, ô joie, il y a là des affiches avec un texte pas encore vu ailleurs!!
DSC00257DSC00260 DSC00252 DSC00279 DSC00266DSC00265DSC00271DSC00276DSC00278


à Cabanis

19 février 2017

Samedi, nous installons les sacs et les photos à la médiathèque.
Sous l’escalier, les sacs, et l’occasion d’en revoir certains absents des photos.DSC00211 DSC00213 DSC00214 DSC00215

Vincent est venu nous rejoindre, avec sa fille, qui nous choisit les photos à encadrer sur fond noir ou sur fond blanc.
Puis nous allons les accrocher au 3ème et au second, sur la coursive du pôle musique et du pôle littérature. DSC00221
DSC00222
DSC00226 DSC00219DSC00217
Avec une légende, pour que tout le monde comprenne ce dont il s’agit :
Capture d’écran 2017-02-19 à 20.02.50
Puis mettre toutes les photos sur l’ordi de Claire, pour envoyer à tous les participant(e)s de l’atelier. DSC00236DSC00240DSC00239
L’occasion pour moi de voir Toulouse et la gare de haut ! (c’est préférable de ne pas avoir le vertige quand on travaille à la médiathèque!)
DSC00234DSC00245DSC00235 DSC00246DSC00237      DSC00247 DSC00248


sacs à mots

18 février 2017

Hier, un atelier « sacs à mots » au grand M, 10h-17h, avec une quinzaine de participant(e)s. On arrive en avance, ce qui nous donne le temps d’aller voir l’affiche, sur l’avenue en face de la médiathèque!DSC00068
Et c’est parti, atelier d’écriture le matin, pour préparer ce qu’on va écrire sur les sacs en kraft l’après-midi.
Un des exercices consiste à aller piocher des phrases qui nous marquent au hasard de l’ouverture de livres ou magazines, dans tous les rayons de la médiathèque. Un exemple saisissant :20170217_114957
Début d’après-midi, vite on écrit sur les sacs, 2 sacs chacun(e), 4 faces à mots !
DSCN3480 DSCN3490 DSCN3514
Et puis, avec 4 appareils photos, nous nous séparons en 4 petits groupes, 1h dans le quartier à mettre les sacs en situation, avec la bénédiction du ciel, et un avant-goût de printemps.
DSCN3536DSCN3533Au retour, nous regardons et trions ensemble la masse de photos, c’est parfois difficile, il nous en faut 40 pour imprimer et accrocher samedi à la médiathèque Cabanis.
Ici, la bonne aubaine, je peux en mettre plus ! Prenez le temps de les regarder, il y a des merveilles..!!

Des photos de groupe :
20170217_152932 DSC_0022DSC00119DSCN3544DSCN3543DSC00177DSC00143DSC_0016DSCN3554 DSCN3537 DSCN3538DSC_0035
DSC00159 DSC00161   DSCN3563

Des sacs accompagnés :
DSC_0006DSC_0032 DSC_0027DSC_0025DSC00100DSC00104DSC00154DSCN3525DSCN3528DSCN3529 DSC_0042DSC_0011DSC_0029 IMG_0426 IMG_0437DSC00183DSC00094 DSC00090 IMG_0435 IMG_0434 IMG_0433 IMG_0429 IMG_0419 DSCN3549 DSCN3546 DSCN3524 DSCN3532 DSCN3523 DSC00134
Des mains qui se tendent :
DSC_0020DSC00137DSC00112DSC00164DSC00165DSC00166IMG_0428
Des solitaires :
DSC_0005 DSC_0039DSC_0038DSC_0044 DSC00071 DSC_0051 DSC00080 DSC00144DSC00148 DSC00085 DSC00110 DSC00078 DSC00086 DSC00156 DSC00124DSC00151DSC00072 DSC00126IMG_0436DSC00152DSC00171 DSC00131 DSCN3558 DSCN3561 DSCN3551 IMG_0422 IMG_0432 DSC00181 DSC_0052DSC00178DSC_0028DSC00129DSC_0047DSC_0049DSC_0046 DSC_0045


affiches toujours

18 février 2017

A Toulouse, il y a ce collectif qui s’attaque régulièrement et efficacement à la pub :
20161211_202557 Capture d’écran 2017-02-16 à 20.57.55 Capture d’écran 2017-02-16 à 20.57.42
••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
Notre affaire, maintenant cette semaine : aller à la chasse aux 40 panneaux (sans tomber dedans)
DSC00068
Capture d’écran 2017-02-16 à 20.55.40 Capture d’écran 2017-02-16 à 20.56.12DSC00193 DSC00192DSC00202
(photos : la Cave po, et celles que j’ai pu faire)
Aidez-nous vite à les répertorier (Decaux ne nous a pas donné leurs emplacements dans la ville, on en a vu qu’une dizaine sur les quarante, et elles ne seront affichées que jusqu’à mercredi prochain), photographiez-les, envoyez-nous les photos, ce serait extra!


nouveau séjour, la lumière change

18 février 2017

20170216_140217
De retour à Toulouse, avec au programme, comme un avant goût de printemps ! & les fameuses violettes de Toulouse dans le jardin de Violaine !

& le jeudi 16, une rencontre à la médiathèque Cabanis, autour de l’exposition VOUS M’EN DIREZ DES NOUVELLES.
20170216_163603 Du monde présent, tous les âges, une visite « guidée », des explications et commentaires, des liens entre les différents boulots, entre les livres et ce qui est affiché. Une bonne ambiance, qui a donné envie à certains participants de nous rejoindre le lendemain, vendredi 17 toute la journée, au grand M pour un atelier « sacs à mots« .

En partant tard le soir et éteignant la salle d’expo, reste l’ombre des lettres en porcelaine :20170216_194449
•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Et puis, hélas, une nouveauté…
Cécile m’avait prévenue d’être venue voir l’expo, et de sa déception que les lampes ne soient pas allumées :
20170217_075822

Car la commission de sécurité de la médiathèque a décidé que mes installations électriques étaient non conformes et donc dangereuses : imaginez un visiteur ayant une envie irrépressible de toucher une ampoule 220V brûlante, ou de dévisser la dite ampoule pour mettre doigts ou langue dans la douille…
Pas possible de courir un tel risque.
20170217_075746

Quant aux petites sculptures lumineuses, elles ne sont pas reliées à la terre, et n’ont (volontairement) pas les affreux gros cables indispensables…

 

 
Alors, on éteint tout, BLACK-OUT.

Sauf quand il y a une présentation ou une lecture, vu que là, c’est la fête (et que je refuse de causer sans mes lumières !)

Du coup, me voilà « obligée » de préparer le soir même des affichettes à épingler près des pièces où le courant ne passe plus.

Peut-être y remplacer la lumière par le son?

(enregistrement de Marie-Pierre Aïello et J.F. Priester)


brosse à reluire

12 février 2017

• Pas de nouvelles photos des affiches;
mais les jeunes en formation qui font un web-documentaire sur poésie et quotidien, que j’ai eu l’occasion de rencontrer plusieurs fois, sont partis à la chasse aux affiches, pour interviewer devant les gens dans la rue… à suivre !
• Et un amateur Suisse m’a demandé un jeu d’affiches ; le logo de la Cave poésie va-t-il donner envie aux suisses de venir à Toulouse après cette campagne d’affichage?! à suivre aussi pour les photos!
Bonjour,  en découvrant votre projet d’affiches toulousaines, j’aurais eu l’envie d’en faire profiter Neuchâtel en les réunissant toutes sur  ma vitrine ( env. 12 mtr2) le temps de votre expo à Toulouse: une manière de parler d’un travail qui me plaît dans une zone discrète et improbable: le pied du Jura (côté œil-de-perdrix plutôt que vin jaune). C’est bien sûr, une proposition d’achat. Envisageable?
Avec mes bonnes salutations, H. B.
Elles sont chez l’imprimeur, et seront à Neuchâtel en fin de semaine qui vient, avec aussi quelques dépliants de Cabanis.

• En attendant, plusieurs mails d’encouragements, dans tous les styles, ça fait pas de mal aussi, hein! (c’est pas moi qui me les suis écrits, genre courrier des lecteurs!)

Bonjour Fabienne,
Je travaille à la médiathèque José Cabanis et j’ai assisté à la présentation, par vous-même, de votre expo. Et je voulais juste vous dire qu’elle est géniale. Bravo !
Cordialement,
Isabelle
••••••••••••••••••••••••••••••••
Bonjour Fabienne,

je suis tombée sur votre affiche à Terra Nova. Grand coup au coeur. Et coup de coeur par ailleurs. Je pensais pouvoir l’acheter sur votre site mais je n’ai pu commander que le livre (ce qui me ravi il est superbe et me touche aussi). cependant je reste un peu chagrinée de ne pas avoir l’ensemble en affiche, est-ce envisageable d’en envoyer une par la poste, vous en reste t-il encore?
Merci pour votre réponse, et bravo pour votre travail. C’est simple mais tellement vvrrrr, là, présent au reste du monde.
Merci et à bientôt
Emmanuelle  (je lui ai envoyé des dépliants de la médiathèque avec l’affiche à l’intérieur!)
••••••••••••••••••••••••••••••••
Bonjour,

Je viens de visiter votre exposition à la Médiathèque José Cabanis et j’en sors enthousiasmé par l’étendue et la qualité de vos travaux ; poésie, onirisme, surréalisme, humour, sens de la mise en page, lettrages inspirés, vous touchez à tout avec une exquise sensibilité et votre créativité semble sans limite.
Je suis un… très ancien élève de l’école Estienne (promotion 51-55) marqué à vie par les Arts Appliqués et tout ce qui se rapporte à la lettre, à la typo, au graphisme me ravit au plus haut point et là c’est très fort.
Les Arts Appliqués ! C’est une magnifique école de rigueur permettant, lorsqu’on accepte les contraintes inhérentes à chaque discipline, de créer en toute liberté et vous la possédez au plus haut point cette liberté dans le respect de chaque technologie.
Voila, je tenais à vous écrire ces quelques mots de félicitations,
Bien cordialement à vous
Claude
••••••••••••••••••••••••••••••••
bonjour
effectivement
je me souviens
c’est drôle
j’ai vu tes livres via le site de libé
je n’es pas percuté tout de suite
so,
je suis un peu vintage comme gars
je vais t’envoyer un chèque par la poste
et guetter ma boite à lettres ensuite
bien cordialement
bruno
••••••••••••••••••••••••••••••••
OUAAAAAAOUUUUUUUUU
Beau boulot ! (beau lieu…)
L’expo est superbe
Et ta veste Fabienne… la grande classe !
La bise !
Kristel 
(c’est une veste que j’ai empruntée à Violaine!)

C’est vrai que ça donne envie cette expo !!!!!!!!!!!!
Bravo Fabienne !!!
Vivement que tu nous racontes tes aventures toulousaines….
des bises
Carine
••••••••••••••••••••••••••••••••
Oh, chouette alors !
En passant, j’aime beaucoup votre travail.
N’hésitez pas à me faire part de votre actualité.
Très bon week-end,
GL
••••••••••••••••••••••••••••••••
et contre les chevilles qui enflent, une photo que Violaine a prise aux entrepôts de la gare :
IMG_0744


des affiches en ville, 2ème jour par correspondance

9 février 2017

tel

 

1er message de Gilles, ce matin :

 

 

(j’ai eu du mal à scanner mon téléphone, la couleur a disparu…!!)

 

 

IMG_2969

et un MMS de Souad, quartier Croix-Daurade :

 

 

 

 
et un mail de Yann:
« reviens avec ton plus bel appareil!
y’a plein d’affiches partout…

devant la parapharmacie
à côté de Jeanne d’Arc… »

 

La suite by night, et me voilà super contente!!

Merci pour ce cadeau extra!
20170209_222008 20170209_22090820170209_220942 20170209_221716 20170209_222156


Toulouse-Marseille

9 février 2017

20170208_121032Le 8 février, les affiches sont dans la rue (on ne sait pas où, il faut les chercher!) pluvieuse, et moi je suis dans le train du retour avec les vitres opaques de crasse (j’ai d’ailleurs appris qu’à Toulouse il y avait une station de lavage pour les trains, je ne sais pas si elle sert beaucoup….)

2 photos (reçues dans le train) d’affiches repérées par Yann :

20170208_091900 20170208_092932 20170208_101405


Partages

9 février 2017

20170207_142657Mardi midi, nous voilà partis avec Yann à l’association Partage, pour partager un repas et discuter, et penser à ce que pourra être un futur atelier d’écriture.

Au menu, couscous et tiramisu.
En mettant la table, il faut rajouter des cuillers :
— pour le couscous! avec une fourchette, faut courir après les grains! sinon, c’est comme si vous mangiez des spaghettis avec une cuillère!
2 euros de participation pour une énorme assiette. Le monsieur bulgare au bout de la table s’inquiète (après en avoir bu) de la composition du lait fermenté (de vache) car il est allergique au soja.

C’est la 1ère fois que j’entends parler de « bibliothèque humaine », une expérience de l’association Parole Expression, avec qui j’ai rendez-vous en mars, pour la « caravane des 10 mots ».
Mon voisin de table est Jean-Claude, passé là par hasard alors qu’on avait rendez-vous (vive l’inconscient). C’est lui, le mardi (sauf pendant les vacances), qui anime les ateliers d’écriture. On s’est déjà vu au banquet littéraire du Bol rouge; et avec mes cheveux, mon pantalon et mon écharpe, je lui ai fait penser au Petit prince, il me demande si je l’ai fait exprès ; je tombe des nues..!!
20170207_140609

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
20170202_172523A 19h30, c’est le Rdv du mardi à la Cave poésie, avec les Rugissants.

Aujourd’hui, Emmeline Raymond au programme, avec L’Endiguement des renseignements.

20170202_172531

 

Yann a confié cette lecture à Agnès Buffet Dorembus et Isabelle Bedhet, qui sont passées me voir en décembre à Terra Nova.
J’escomptais en plus une traduction en langue des signes, ce qui n’a pas été possible, vu le texte et le temps. 1ère déception, mais qui est aussi forte d’enseignements, par rapport à la LSF.

Le public est au rendez-vous, la salle est archi-comble, on se tasse, et ça commence!

Se pose alors pour moi le problème de l‘interprétation d’un texte. Ce qui m’avait intéressé dans l’écriture d’Emmeline Raymond, ce style sans fioriture, ces phrases d’une grande économie et efficacité, lapidaires, redonnant toute leur puissances aux mots, qu’on peut lire avec une espèce de joie directe et sauvage, cette accumulation de propositions où l’esprit rebondit sans cesse de l’une à l’autre, tout ce qui donnait pour moi sa modernité et contemporanéité à la rubrique des Renseignements, tout cela est radicalement renversé.

20170207_193856
Pourquoi pas, après tout. Rappeler que c’est un vieux « journal de bonnes femmes », qui s’adresse essentiellement à une petite bourgeoisie de province un peu coincée. Refigurer le cadre, l’Histoire, et les situations. En rire avec accessoires variés, plutôt que mettre à nu le mystère des mots… Faire une brèche dans la digue pour se laisser emporter par le jeu. Sortir le texte du livre pour lui faire une farce : le faire gesticuler comme une caricature plutôt que l’articuler finement comme un pantin.

On en revient à cette réponse d’Emmeline Raymond :

20170209_091412

ainsi, une vieille carcasse de parapluie et une ombrelle miniature style restaurant chinois ne sont qu’une variation de cette forme.
Et du moment qu’il ne pleut pas, juste une variation d’interprétation entre iconoclastes et iconodules?

Capture d’écran 2017-02-09 à 01.03.15Capture d’écran 2017-02-09 à 01.16.48

Ça me rappelle un épisode du livre : je souhaitais au départ qu’il eût une autre couverture (comme les pages de titres intérieures), ce que l’éditeur refusa en disant que cela faisait trop « essai ».


allumer un dimanche gris

5 février 2017

20170205_090951un peu de soleil orange pour commencer une journée pluvieuse version giboulées; avant de partir en goguette.

En se garant devant le 24 avenue Etienne Billières, nous découvrons (je suis avec une Toulousaine!) une librairie inconnue, L’autre rive, ouverte le dimanche matin, qui fait envie ;
hop, nous rentrons : 20170205_12512920170205_124906et une fois à la caisse pour régler nos trouvailles du jour, la jolie libraire (qui s’appelle Louise) me dit qu’il faudrait qu’elle commande mes livres. Stupeur!

alors quelques images :

Et puis, en causant, elle nous dit qu’elle a interviewé Gilles (Oh les beaux jours) pendant 4 heures, pour une émission radiophonique d’une heure, quelle frustration!

 

 

 

C’est l’occasion de rappeler que la librairie Oh les beaux jours, rue Ste Ursule, après 10 ans de très bons et loyaux services, va fermer fin mars (un peu la même histoire que Le lièvre de mars, à Marseille).
Et donc, jusqu’à fin mars, il y a ce fond de théâtre, spécialité de la librairie, danse et cinéma, & poésie, et…, qui vous attend toujours.20170127_165151

 

L’autre jour, j’avais pris Gilles en photo, justement pour en parler :
et c’est aussi le moment de rappeler que c’est grâce à lui que Yann Valade a eu connaissance de mon travail, jusqu’à ce que germe cette idée de résidence à la Cave poésie.
(Merci les gars, et merci Cécile, d’avoir montré mes livres à Gilles!)20170127_165108
20170127_170247 20170127_170239
••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
Direction les Abattoirs, avec une nouvelle expo (et un musée du dimanche avec beaucoup de visiteurs) : Nouveau Réalisme, Daniel Spoerri, et les dadas des 2 Daniel, où Spoerri met sa collection en regard avec celle de Daniel Cordier, (dépôt permanent du centre Pompidou aux Abattoirs) ; un super cabinet de curiosités où les objets sont mêlés20170205_143712
L’expo est aussi pour moi l’occasion d’en apprendre plus sur le M.A.T.
20170205_14324120170205_133110
Expo avec des « interventions contemporaines en écho », 20170205_141529

 

dont (heureusement pour l’écho)
Présence Panchounette, capable de faire revenir le soleil dans un dimanche pourri !
Et appréciez le(s) post-it des légendes
20170205_141535
20170205_14165320170205_14220920170205_141956 20170205_142121
Et puisque j’évoquais des librairies, avoir Présence Panchounette chez soi pour s’allumer la cervelle, avec le super catalogue de 2011 du CAPC
••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
20170125_165626

 

En parlant d’allumer, après,
je suis passée à la médiathèque pour emprunter des CD, et en passant prendre des nouvelles de Vous m’en direz des nouvelles, (in)justement, les lumières des boulots avec des ampoules étaient éteintes…
(Mais l’ampoule grillée que j’avais signalée la dernière fois remplacée par une ampoule flamme orange, faut bien ça !)

 


faits divers

4 février 2017

vendredi 15:18. Mélanie m’envoie un SMS :
— Fabienne, j’viens de passer devant la gare. J’espère que tu n’es pas coincée à l’intérieur?!?!?
— Pourquoi qu’est-ce qu’il y a ?
— Tout le monde dehors. La gare est totalement fermée.
Une alerte ou un essai
— Merde j’ai raté ça!!
— Tu n’es pas dedans avec madame pipi?
Tu peux tjrs aller voir. C’est pas encore fini….
— J’suis chez Marc pour voir comment habiter chez lui quand il sera parti
— OK. pour info, je peux te filer mon appart quand je m’absente en mars. (j’habite derrière la médiathèque à côté de la gare..!!!)
•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
infos en direct, dites-moi tout :
Capture d’écran 2017-02-04 à 00.14.01« Suite à la découverte d’un colis abandonné au niveau de l’espace vente de la gare, un périmètre de sécurité a été rapidement établi et les personnes présentes ont été évacuées pour permettre l’intervention de secours.
Alors que l’heure est aux départs en vacances, la gare Matabiau de Toulouse a été évacuée en raison d’une alerte au colis suspect, vendredi 3 février 2017 aux alentours de 13 h 50, apprend-on auprès de la SNCF.
Par ailleurs, la circulation des trains a été interrompue le temps de l’intervention des secours, précise la SNCF. Les démineurs sont arrivés sur place vers 14 h 40, pour procéder à une intervention.
Le dispositif de sécurité a été levé et la circulation a repris aux alentours de 16 heures. »
•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
le soir, en cherchant plus d’explications sur internet, je suis tombée sur cette page d’un autre « fait divers », autrement plus intéressant : une histoire de train peut en cacher une autre


journaux de bord

4 février 2017

20170202_105104Jeudi, rdv à 11h à la gare.

En sortant du métro, affichage en/de lieux connus

20170202_10515820170202_105436

Un vocabulaire ferroviaire, qui nous fait repenser les mots :

dévoyer   changer la voie  : on dévoie les trains et les gens
Simone fait toutes les annonces (Il s’agit de Simone Héraut, la voix de la SNCF)
toute la décoration et le mobilier est fixé pour empêcher le vol, et le vol (façon projectile)
il y a une registre à l’accueil où les clients, les agents signalent les problèmes (et les remerciements)
déboutiquer, redéboutiquer : bouleverser au dernier moment quelque chose qui était prévu depuis longtemps, comme, par exemple, la commande d’un agent qui change au dernier moment ou le montage d’un train facultatif.
les agents ont un bon de commande , dont l’objet est le travail.
•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
Mettre toutes mes notes à jour, sur l’ordi de la Cave po. Mélanie arrive toute contente avec Libération, où Guillaume Lecaplain parle (entre autre) de mes nouveaux livres et de la résidence.20170202_174823

On peut en apprendre plus sur le site de libé (dont voici une capture d’écran):Capture d’écran 2017-02-04 à 00.46.50 Capture d’écran 2017-02-04 à 00.47.10 Capture d’écran 2017-02-04 à 00.47.30 Capture d’écran 2017-02-04 à 00.47.54 Capture d’écran 2017-02-04 à 00.48.09

Puis Yann arrive avec 3 cartes postales (jamais vues jusque là..!) qu’il a trouvées sous les arcades place du Capitole :

20170202_182739on va pouvoir s’exercer aux joies du courrier postal, et investir dans des aimants pour les fixer sur les frigos et autres montants métalliques d’étagères !20170204_120630
•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
Retour tardif à la gare :

21h25. plus de train au départ. que des autocars. fermeture de la gare à 01h05. quelques voyageurs. des jeunes qui se retrouvent là

la jeune femme autiste par terre. écrit dans une revue. installée sur son sac à dos devant le Relay, elle dessine & écrit sur des feuilles blanches perforées de classeur
— tu es revenue!
un monsieur lui parle, lui touche gentiment l’épaule et lui donne quelques sous. tranquille, elle le regarde comme si elle ne comprenait rien et continue de dessiner

un café d’exception à emporter pour votre trajet. le bruit des escalators. un jeune homme assis sur le bout des fesses avec son sac à dos derrière lui, qui conduit une bagnole à fond sur son téléphone. un monsieur propreté passe la serpillière dans le couloir
« faut mettre de l’eau dans son vin »
un homme débarque avec une bouteille de blanc entamée à la main, démarche tanguante. l’escalator fait plus de bruit que les conversations. 2 agents enlèvent le présentoir « info trafic » qui a 4 pieds et 2 roues. adopteunmec.com. les publicités ont été changées. l’atlas des utopies. on était venu pour lézarder. a remplacé l’armée. cet été plus de 20 000 maisons à louer sur la Côte d’Azur. cet été plus de 7 000 maisons à louer en Corse. on est arrivé avec le roi de la tasse. on est reparti avec l’as de la brasse. cet été plus de 1 000 maisons à louer sur l’île de Ré. cet été plus de 2 000 maisons à louer à Biarritz. des espaces de travail adaptés à chacun. un moment de plaisir. agents de la cie des chemins de fer morts au champ d’honneur 1914-1919. agents des services de Toulouse de la SNCF tués par faits de guerre 1939-1945. un panneau de pub est noir l’affichage numérique ne marche pas. la police ferroviaire se promène dans le hall en lorgnant et en bavardant. des hommes étrangers avec des gros sacs n’osent pas entrer à l’accueil. hors-service. une mère avec ses 4 enfants qui la suivent avec des petites valises comme une famille de poussins. horizon infini
20170202_215130

hall 2
seul le quality burger est ouvert tard. un échafaudage pour repeindre le plafond. attente ambiance tranquille sur les banquettes couleur brique. des gens parlent en plusieurs langues. l’accent italien. 2 hommes et une femmes avec leur uniforme et leur pull rouge. des peintres qui portent une échelle et un gros pot de peinture, une rallonge. piano & baby-foot sont désertés. Albi ville par autocar à 00h09. 5h36 Mazamet20170202_220034

 

« le hall est en travaux, monsieur, il n’y a plus de machines »

du gaffeur sur le fil de la rallonge à cause des valises à roulettes. le peintre qui note quelque chose sur l’échafaudage avec des gants jaune fluo. un clodo en fauteuil avec une voix éraillée et une seule jambe. un gars de la sécurité l’aide à arranger ses affaires avec une sangle. les talkies walkies. 2 cars de CRS garés devant la gare. 22h10 la jeune femme qui dessine quitte la gare avec son anorak noir qui lui descend presque aux genoux