Marion Baruch

21 décembre 2016

20161216_131227

 

 

Le vendredi midi avec Violaine, nous étions au château de Degrés, dans la campagne à 1/2 heure de Toulouse, très gentiment accueillies par sa propriétaire avec qui nous avions rendez-vous; car c’était le dernier jour pour voir De jour en jour, une magnifique exposition d’œuvres quasi jamais montrées de Marion Baruch.

20161216_125716

 

 

 

 

 

 

 

Marion Baruch est née à Timisoara en 1929. Aujourd’hui, elle vit à Gallarate, dans le nord de l’Italie, où elle crée avec une urgence renouvelée (étant presque aveugle),
 à partir des poubelles
 de l’industrie textile (de luxe).

Son travail – d’autres pièces, en noir –  était exposé également à Toulouse lors du “printemps de septembre”.

capture-decran-2016-12-20-a-10-55-32

 

Nathalie Viot (historienne de l’art, commissaire d’exposition et critique d’art), la sœur de la propriétaire et la fille du céramiste bien connu, assurait le commissariat de l’expo (vous suivez?!)
capture-decran-2016-12-20-a-10-56-45Superbe exposition, plein les mirettes, extra de sortir du cube blanc impersonnel du musée pour une expo magistrale “chez quelqu’un” (le lieu s’y prête!), et pour ma part découverte d’une artiste ; quand les vieilles dames (Marion Baruch a 87 ans) font des choses extra, quel encouragement pour l’avenir!

20161216_130645

Au retour, nous n’avons pas manqué de parler de l’expo avec grand enthousiasme, et aussi de notre condition d’artiste prolo (!), à ramer pour pouvoir subvenir à nos besoins, avoir un toit sur la tête et créer…!

Il paraît que Marion Baruch vit avec 500 euros par mois, nous a dit la dame qui l’exposait.
Toujours ce mot qui a presque disparu : la lutte des classes, non, ce n’est pas désuet!!


vaisselle brisée ou belle vaisselle apporte félicité

20 décembre 2016

Et voilà : je disais précédemment que personne n’avait pensé à photographier la grosse poubelle avec tous les débris d’assiettes-à-se-débarrasser-de-choses-qu’on-ne-veut-plus-subir.
C’était sans compter sur Yann, dont voici les photos.
Si j’ai bien compté lors des 3 soirs de banquet, il y a eu 135 bris d’assiettes pour chasser les mauvais esprits! Opa!

20161219_143919

Une des traditions les plus populaire : Der Polterabend ou l’art de casser la vaisselle :

– En Allemagne, la veille de la cérémonie du mariage, proches amis et famille du couple se réunissent pour casser un maximum de vaisselle :  les mauvais esprits vont avoir peur de tout ce bruit ! Et plus il y aura de vaisselle cassée lors du Polterabend, moins les mariés en casseront dans leur vie commune. Ils devront ensuite balayer et nettoyer les éclats ensemble, montrant ainsi leur capacité à collaborer.
Le proverbe allemand le dit : « scherben bringen gluck » (vaisselle brisée apporte félicité)!

cabinet 6 recolle–  La coutume consistant à casser une assiette aux cérémonies de fiançailles juives trouve son origine, outre le rappel de la destruction du Temple, dans un autre symbole : de même que la porcelaine cassée (geste accompli généralement par les 2 mères) ne peut jamais être réparée, des fiançailles rompues sont irréparables.
Dans certains milieux, on confectionne à l’intention de la fiancée un collier à partir des fragments brisés ; dans d’autres, on les distribue aux jeunes filles de l’assistance pour leur souhaiter d’avoir bientôt la même chance ; dans d’autres enfin, on casse l’assiette lors de la cérémonie du mariage, juste avant la ‘houpa .

– En Grèce, briser des assiettes , c’est chasser les maux intérieurs et la colère, c’est se défouler et montrer qu’on veut faire la fête. En jetant l’assiette, on dit « Opa ». Et puis, on danse!

– En France, à part casser des assiettes lors des scènes de ménage, par maladresse ou pour faire de la mosaïque, je ne vois pas…
Maintenant, nous aurons cette référence : Le temps des assiettes comme indiqué sur notre menu, c’est quand elles ont fait trop long feu à nous rappeler tous nos emmerdements présents!

20161219_144147

Mais tout de même, pendant cette semaine toulousaine, j’ai été avec Violaine au centre de céramique de Giroussens voir 2 expositions, et je me suis achetée une belle assiette épaisse en grès d’Isabelle Pons, que j’espère bien ne pas casser!!
Je compte sur ce lapin pour veiller à grignoter ce qui doit l’être, plutôt que de se faire grignoter!
20161220_103705

A Giroussens, voilà 2 pièces de Gaëlle Le Guillou, pour l’exposition Sans fleurs ni couronnes ; nous ne sommes pas si loin de notre sujet ;
une “tombe d’ été”, et une délicieuse urne “fraises et boutons de marguerites”..!
20161214_145123 20161214_145320 20161214_144938


samedi soir

20 décembre 2016

20161220_0817303ème et dernier coup de Bol.20161217_214626

Comme c’est samedi soir, Arthur a mis sa chemise bleu outremer, Charlène une petite jupe avec des collants colorés, et Marc s’est cassé un bout d’incisive résinée pour se donner un petit air sexy.

Et de nouveau, installer les tables, faire la cuisine, revoir la musique, préparer notre conduite. Elle commence à être bien gribouillée!

La ronde des bols, toujours pour commencer et faire connaissance, et se mettre dans l’ambiance de ce banquet, puis la soupe du jour dans ces mêmes bols, avec des pâtes alphabet dedans, une idée de Stéphane.

–Et après lectures et musiques, voilà le Plat plat qui s’annonce. 20161217_21455620161217_21453120161217_214542 20161217_214022
20161217_220227

– Et des lectures à toutes les tables.
20161217_22010420161217_220244
– Gaëlle, toujours au pinceau pour le raplapla, avec Tony, et sous le regard de Pascal, pour les assiettes à lécher (on ne se lasse pas de ce moment!)
20161217_22064220161217_220700 20161217_221540 20161217_22102820161217_221648
– Et après Proust et la musique, les assiettes vides à remplir soi-même avec ce dont on ne veut plus, et les idées ne manquent pas…
(on avait acheté les assiettes à Emmaüs, il y en a de belles, mais nous n’en avons pas assez pour ce soir ; Yann a donc dû aller chez lui pour en chercher et sacrifier une partie de sa vaisselle, dont des assiettes incassables en Arcopal, damned!)
Comme chaque jour sur ce blog, nous n’avons pas pu mettre ici toutes les photos des 40 assiettes écrites (en fait 41 couverts ce samedi soir), plus celles de l’équipe du Bol rouge, et ce dernier soir les nôtres aussi, d’autant que pas mal de photos prises au smartphone sont hélas plutôt floues…
20161217_22515520161217_22453120161217_22451620161217_22450220161217_22445320161217_22443120161217_22444320161217_22443720161217_22504820161217_22433420161217_22503920161217_22432520161217_22430920161217_22430120161217_22424920161217_22414920161217_22414220161217_22401320161217_22394720161217_22392920161217_22390020161217_22365220161217_22434120161217_22385120161217_22384220161217_22383720161217_22382520161217_22382020161217_22380120161217_22391920161217_22374020161217_22372220161217_22371420161217_22370520161217_22364420161217_22363120161217_22375520161217_224109
– Musiques, textes, dessert, dont nous n’avons pas de photos, préparé ce soir par Pascal, de l’ananas rôti avec un petit caramel au goût d’anis étoilé et cannelle, des boules recouvertes de coco (noix de) fourrées au chocolat (sauf certaines rares où il y avait eu un oubli, nous l’avons vérifié quand ça a été notre tour de goûter à ce dessert multiple!)
– Et puis, le grand final de cassage d’assiette!
Une video vous montrera ce grand moment (quand elle sera montée!)
Dans le feu de l’action, nous n’avons même pas pensé à photographier la grande poubelle avec tous les débris!
20161217_233434

Le mot de la fin à Arthur : ce banquet, les 3 jours, était Bol-versant!


vendredi soir

20 décembre 2016

20161216_1934322nd coup de Bol !
Comme hier, préparation des tables, préparation culinaire (chaque soir, l’équipe des cuisiniers diffère, et le menu avec), préparation musicale et des textes à lire/dire. Nous en avons beaucoup, et suivant le déroulement de la soirée, rythme des convives et des plats à dresser, nous nous adapterons tous.
Nous sommes prévenus : le vendredi soir au restaurant, les gens prennent beaucoup plus leur temps, boivent des coups et sont aussi là pour se détendre. Alors, détendons-nous quand c’est possible!le-bol-rouge-16-12-2016-20le-bol-rouge-16-12-2016-4 le-bol-rouge-16-12-2016-2 le-bol-rouge-16-12-2016-18 le-bol-rouge-16-12-2016-15 le-bol-rouge-16-12-2016-10 le-bol-rouge-16-12-2016-7– Et après la ronde des bols, l’entrée en musique et un peu de  lecture, voilà la soupe du soir.le-bol-rouge-16-12-2016-29
20161216_21341720161216_214248

le-bol-rouge-16-12-2016-31– Suivie d’extraits de La Seiche de Marilyne Desbiolles, entrecoupés d’Hispano fébrile, et du Mambo riche et célèbre qui accompagne Jean Meckert, pendant le dressage du plat n°1.
le-bol-rouge-16-12-2016-3320161216_220910le-bol-rouge-16-12-2016-34
20161216_220339– Place au plat plat!
suivi de musiques, lectures, lecture et musique… (en regardant les assiettes des 40 convives, ça nous donne faim!)
20161216_222556
le-bol-rouge-16-12-2016-49

– Et ce soir pour le raplapla, des assiettes à lécher, préparées par Gaëlle!
En 3 couleurs, pour passer de l’un peu amer jusqu’au sucré…

 

Lécher son assiette dans un restaurant, en compagnie d’inconnu(e)s, voilà un programme décoiffant !
(de toute façon, y’a pas de couvert, c’est la langue ou les doigts!)
20161216_222737 le-bol-rouge-16-12-2016-50le-bol-rouge-16-12-2016-5120161216_22451820161216_22312320161216_22330120161216_22342920161216_22341720161216_22340320161216_223517le-bol-rouge-16-12-2016-5820161216_22423820161216_224245
le-bol-rouge-16-12-2016-56

 

 

 

– Et pendant ce temps-là, une petite madeleine proustienne, avec Charlène qui fait chanter les verres.

 

– Et puis le temps des assiettes vides.20161216_22562220161216_23031920161216_23025820161216_23025320161216_23024420161216_23023320161216_23020020161216_23013220161216_23011820161216_23011220161216_23005720161216_23004920161216_23004420161216_23001220161216_23000420161216_22595920161216_22592120161216_22563220161216_22584820161216_22583020161216_22581820161216_22580020161216_22573520161216_22564920161216_225743
le-bol-rouge-16-12-2016-43– Et un peu de lectures, Alice et le pudding à qui elle a été présentée, La figue de parole de Ponge, à 4 voix, …le-bol-rouge-16-12-2016-41
– Un beau moment de blanc en neige, le rythme du fouet d’Arthur accompagné par Charlène, qui chante telle la cousine éloignée de Donatienne Michel Dansacle-bol-rouge-16-12-2016-59

le-bol-rouge-16-12-2016-64– Suivi du dessert concocté ce soir par Laurent, différentes choses, dont un cube de gelée (agar-agar) à la rose, avec des pétales de rose, qui n’a pas été du goût de tout le monde, mais dont je me suis délectée quand ça a été notre tour de manger!!

 

 

– Et bien sûr, le grand final de cassage d’assiettes, toujours aussi réjouissant!

 

Dont l’une d’elle, lancée dans la poubelle métallique avec force, a rebondi (enfin, un bout cassé et coupant qui ne voulait pas disparaître!) tel un saumon remontant le courant et comme Marc l’a rattrapé au vol, nous avons pu vérifier que l’usage des gants n’était pas qu’une coquetterie!

le-bol-rouge-16-12-2016-65
et comme nous le dit la pendule, il est bientôt l’heure que les carrosses finissent en citrouille…
(mais à Toulouse le w-e, le métro roule jusqu’à 3h du matin, ça tombe bien, nous rentrerons à plus de 2h, après avoir tout rangé, mangé (Miammiam Shakespeare, comme l’indique une étiquette grandiose trouvée par Marc) avec toute l’équipe, et fini de tout nettoyer..!)


jeudi soir

19 décembre 2016

20161215_14571020161215_15120020161215_15050820161215_1508551er coup de Bol ; nous installons les tables, – avec les sets de table imprimés, – les étiquettes avec les noms d’auteurs ou d’œuvres agrémentés à la sauce de légume des jours…,

 

 

 

 

 

 

 

 

20161215_212257– et les bols avec les prénoms qui, lus dans le bon ordre, les uns derrière les autres, forment une phrase ; nous n’avons pas reçu à temps les bols bretons, alors, le feutre fera l’affaire pour le 1er soir!
Pendant ce temps-là, les cuisiniers font la cuisine, 20161215_19093020161215_190712les musiciens répètent la musique, et nous ajustons ensemble la conduite avant que les 1ers “invités” arrivent pour le grand banquet!

20161215_191426 20161215_191228 20161215_190859

Et c’est parti!!
– Nous commençons par la ronde des bols, pour “lier” connaissance; chacun dit le prénom de son bol à la suite les uns des autres, jusqu’à ce que la phrase cachée se fasse entendre! Après le jeu et les discussions qui s’ensuivent, des lectures de Brautigan, et c’est la soupe.

capture-decran-2016-12-14-a-22-08-58

– Phase n°2, le plat plat, dans les assiettes que nous avons décorées. Admirez les compositions graphiques des cuisiniers!20161215_21381620161215_213804 20161215_213824 20161215_21383820161215_214726 20161215_21495820161215_21463320161215_21461920161215_21462820161215_214307 Comme le décor des assiettes est fragile, nous avons instauré une règle du jeu : pas de couverts!20161215_214518 20161215_215316

– Après le plat, et avant le raplapla, une Harangue à 3 voix, et le beau texte du géant de Marc Graciano.
Puis voici le raplapla, qui porte bien son nom…! Arancini, à la mode Pascal.
De la musique et des lectures, bien sûr, (pas quand les gens mangent!), à 1, 2, 3 ou même 4, au micro ou réparties dans l’espace, selon l’occupation des musiciens.
20161215_220813 20161215_221848– Phase n°4, l’assiette vide..! en faïence, à remplir soit-même avec un feutre : il s’agit d’y écrire ce dont on veut se débarrasser pour l’année prochaine…
20161215_22295220161215_22295920161215_22343020161215_22331020161215_22325820161215_223243 20161215_223219 20161215_22315720161215_22314820161215_22313820161215_22312920161215_22312120161215_223111 20161215_223058 20161215_223045 20161215_223036 20161215_22302320161215_22300520161215_223648  20161215_223746 20161215_223713 20161215_22365820161215_22355920161215_22333320161215_223404
– Et c’est le dessert, La douce heure, que nous prépare Céline (on a pris la photo avant que la boule de glace au chocolat soit rajoutée !)20161215_223505– suivi des conseils de Swift, de manger les enfants afin d’éviter tant de pauvreté.
– Phase n°6, Le temps des assiettes, avec des gants en caoutchouc et une poubelle en fer blanc où nous brisons les assiettes, après lecture des choses à faire disparaître, allez, hop(e)!
20161215_22393820161215_225602 20161215_230423
– Et c’est fini pour ce soir..! Nous avons quelques petites vidéos, mais vous pourrez les voir quand elles seront montées. Un peu de patience!

20161208_162408– Et voilà, j’oubliais un joli moment de la soirée, dont nous n’avons hélas ni photos ni enregistrement : les cuisiniers ont dit en échos une huitaine de phrases tirées de Télescopages, et je jubilais dans mes petits souliers (ceux du père Noël, car c’était un super cadeau!) 20161208_162438

 


pour annoncer le coup de Bol (rouge)

19 décembre 2016

Mercredi matin, nous étions au Bol rouge, pour l’émission de radio du lendemain, sur Canal Sud. Et nous sommes plutôt contents : nous avons donné envie à des auditeurs de nous retrouver un de ces 3 soirs de banquet!

http://www.canalsud.net/?Coup-de-bol-au-bol-rouge

20161216_214112


J-1

14 décembre 2016

20161213_120433Correspondance des pois

Aujourd’hui, encore des préparatifs pour demain soir, le festin du Bol rouge : un set de table-menu-mode-d’emploi envoyé à l’imprimerie, format A3, même si ici il semble tout petit!capture-decran-2016-12-14-a-22-08-58avec la distribution complète :
(pas tout à fait, coin cuisines diverses, j’ai oublié de mentionner que les étudiants du master de création littéraire nous avait aidés à trouver des noms édifiants d’auteurs ou d’œuvres, détournés à la mode “Légume des jours”, pour mettre une étiquette correspondant à chacun des 40 “invités” devant son couvert..! Ensuite nous avions pris le relais avec Arthur et Marc, passant une bonne soirée de rigolade et cervelles fortement activées..!)

capture-decran-2016-12-14-a-22-51-04 capture-decran-2016-12-14-a-22-50-56  capture-decran-2016-12-14-a-22-51-11               et des encouragementsimage1


faire signe(s)

14 décembre 2016

Ce soir, comme c’est mardi, à la Cave Poésie, voilà les Rugissants. Et ce soir, en écho à la programmation du théâtre Sorano (dont l’affiche m’a tapé dans l’œil ce we dans la rue), Le rouge et le rouge, de Luc Soriano, avec Marc Maffiolo pour l’accompagner.
Presque tout le temps, les Rugissants sont traduits en LSF, en partenariat avec le CETIM. Ce soir, pour moi, c’était une première (et la première d’une longue série, car ça m’a enthousiamée!!) de voir de la poésie en LSF.
Et puisque le Cetim est un “centre de formation de professionnels de haut niveau de la traduction et de l’interprétation”, donc il y avait des étudiants, dont plusieurs (dont leur professeur, Patrick Gache, extra!) traducteurs se sont succédés sur scène, comme des “voix” différentes..!
Alors ils étaient 3 sur scène, le musicien, le poète, et le “danseur” de signes, à nous transmettre tout ce rouge et cette énergie. Super soirée!

20161213_201609 20161213_201959 20161213_200244 20161213_200331

Durant la lecture musicale gestualisée, Arthur dessinait dans le noir dans son carnet  : ici, un portrait de Marc au saxophone, et de la traductrice dont je n’ai pas de  photo(s), ça tombe bien!20161213_202312

20161209_132256voilà l’affiche qui m’avait tapé dans l’œil ce we; après petite enquête, pas trop étonnant, le graphisme vient de la “famille Fotokino”!


merci merci merci

14 décembre 2016

Il faut remercier mes partenaires, pour ce cadeau de résidence comme un Noël géant : moi, déjà, pour ce premier trimestre, je remercie la Cave Poésie, et Terra Nova.
Et puis il faut remercier les partenaires de mes partenaires, qui permettent que tout cela soit possible. Donc merci bien de rendre toutes ces choses possibles!
& puis aussi, je tiens tout spécialement à remercier Giovanni, qui, chaque fois qu’on se voit et qu’il me demande ce que je fais à Toulouse “cette fois-ci”, me dit qu’il est content qu’une partie de ses impôts puisse me servir. Alors merci aussi à tous les Giovanni (& j’en fais partie..!). C’est con, Giovanni n’a pas de logo….
Ma mère non plus, grâce à qui je vis en ce moment, merci maman!capture-decran-2016-12-13-a-22-37-50capture-decran-2016-12-13-a-22-48-52

c’est beau, un logo (ou partie de) pixelisé très agrandi, ça devient abstrait ; bon, c’est pas tout ça, j’ai été chez l’ophtalmo la semaine dernière, et il faut que je change mes lunettes pour voir de près, et maintenant, il m’a annoncé qu’il m’en faut pour voir de loin aussi, damned !

capture-decran-2016-12-13-a-23-53-06

capture-decran-2016-12-13-a-22-49-24

capture-decran-2016-12-13-a-22-52-26

capture-decran-2016-12-13-a-22-53-17 capture-decran-2016-12-13-a-22-54-02 capture-decran-2016-12-13-a-22-56-40


40 degrés

13 décembre 2016

20161212_215933C’est la température maxi pour laver les assiettes que nous avons peintes pour les dîners du Bol, avec la peinture et encres spéciales. Ce soir, nous “signons” le mode d’utilisation

20161212_223835et discutons du menu-mode d’emploi-programme qui sera imprimé sur des sets de table en papier.

 

Et pendant ce temps là, Arthur nous envoie quelques petits enregistrements de la répétition musicale d’hier… (Appréciez les titres des morceaux!)

 

 

 

capture-decran-2016-12-13-a-00-37-09

le Percolateur cylindrique en avant première, composé par Arthur Daygue, et joué par Arthur, Marc Maffiolo et Charlène


musique et gaufrettes

11 décembre 2016

Réunion de travail cet après-midi, qui poursuit celle d’hier :
20161211_165730d’abord, le choix des textes pour le banquet ; on en a beaucoup trop ; couper un peu, argumenter pour garder un texte qu’on aime menacé de disparition, les regrouper pour une même session…20161211_165714
& aujourd’hui la musique ; j’ai rejoint Marc, Arthur & Charlène à l’heure du goûter, après leur répétition-expérimentation-mise au point, avec des gaufrettes à textes, bien sûr!20161211_165800

Reste alors à marier textes et musiques; définir comment dire tel ou tel texte, comment les mots seront accompagnés.
20161211_182637Que le morceau “Béret beurre cornichons” accompagne Georges Hyvernaud me ravit particulièrement…! Le “Mambo riche et célèbre” avec Jean Meckert aussi ! Quant au passo doble “Fuego de toros”, avec le sandwich au thon de Richard Brautigan, c’est juste exquis !

20161211_18205220161211_18231820161211_172535Un petit aperçu de quelques instruments divers et variés…
20161211_172603 20161211_172631 20161211_173411 20161211_180722

20161211_181223Et puis il fallait que le saxophone basse de Marc accompagne le personnage du géant de Liberté dans la montagne de Marc Graciano.

 

 

(quoique pour la terrible recette coloniale du pied d’éléphant, ce serait tout aussi formidable!)

 

 

A suivre…

 

 


coup de bol

11 décembre 2016

capture-decran-2016-12-11-a-14-36-48

 

 

Un banquet poétique qui se déroulera au restaurant associatif Le Bol rouge  (43 avenue des Etats-Unis, à Toulouse), avec  Spoke on the water (Marc Maffiolo et Arthur Daygue +  Charlène), plus l’équipe du Bol, bien entendu, pour mieux goûter les mots.

 

 

La langue est dans notre bouche, qui goûte tous les mots qu’on prononce (et comme pour la cuisine, les langues étrangères ont d’autres saveurs) ; les constructions de phrases, le style, comme autant de sauces et de cuissons. La cuisine de la langue se déguste à tous âges et en tous lieux. Cela nous a donné l’envie d’un banquet gastronomique, ludique et poétique : nous allons nous régaler des mots concoctés avec l’équipe du Bol rouge. Des mots à croquer, qui jouent avec ou qui fondent sous la langue, certains même gratinés ou bien épicés? En tout cas qui nous allèchent et qui nous rassasient délicieusement.

capture-decran-2016-12-11-a-15-07-24

On vous propose aussi des phrases à manger du regard, affiches ou objets qui disent l’appétit de la langue, le délice d’un bon mot.
D’abord, les assiettes : rappelez-vous un post précédent !

Et puis, nous ressortons les 40 bols qui proviennent du cabinet de curiosités, réalisés avec Jean-Pierre Larroche, dont la suite de prénoms forme une longue phrase
(ex : Simon + Amandine  = si mon amant dîne…, Ella + Valérie + Eddie = elle avale et rit et dit…., etc.)

D’autres mots (et musiques) à entendre tout au long de la soirée, du velours pour les oreilles pour accompagner celui de l’estomac.
Quelques extraits courts, ou plus longs :

1-simonAu fond, j’ai le cœur trempé comme une soupe. (Henri Calet, Monsieur Paul)

2-amandine

 

 

Nous pelâmes le maïs. Le silence était une montagne. (Jonathan Safran Foer, Tout est illuminé)

1-ella

C’était leur façon d’être : ils ne montraient jamais la moindre émotion. Exactement comme quelqu’un qui bâille ou qui épluche une pomme de terre. (Charles Bukowski, Women)

 

2-valerieSi on vous ordonne de casser la patte d’un crabe ou d’un homard, pincez-la dans la porte de la salle à manger : de cette façon, vous pouvez aller graduellement sans écraser la chair. (Jonathan Swift, Instructions aux domestiques)

3-eddie

  1. Occasions dans lesquelles les choses sans valeur prennent de l’importance
    Le radis du premier mois*. (Sei Shônagon, Notes de chevet)
    (* Longues raves qu’on préparait le deuxième jour de l’année, et qui devait assurer une longue vie.)

24-eleazar

 

“Sil vous plaît, je ne désire pas que l’on me présente au pudding, se hâta de dire Alice. (Lewis Carroll, De l’autre côté du miroir et de ce que Alice y trouva)

 

Qui dineront avec nous : Henri Calet (Monsieur Paul) // Paolo Sorrentino (Ils ont tous raisons) // Jonathan Safran Foer (Tout est illuminé) // Charles Bukowski (Women) // Jonathan Swift (Instructions aux domestiques ; Modeste proposition pour empêcher les enfants des pauvres en Irlande d’être à la charge de leurs parents ou à leur pays et pour les rendre utiles au public, Les voyages de Gulliver) // Georges Hyvernaud (La peau et les os) // Jean Meckert (Les coups) // Marc Graciano (Liberté dans la montagne) // Pascal Quignard (Les tablettes de buis d’Apronenia Avitia) // Sei Shônagon (Notes de chevet) // Ito Ogawa (Le restaurant de l’amour retrouvé) // Marcel Proust (Du côté de chez Swann) // Francis Ponge  (Comment une figue de parole et pourquoi) // Maryline Desbiolles  (La seiche; La scène) // (Les gourmets au Congo) // Blanche Dussane (L’art d’être gourmand) // James Cook  (Relations de voyages autour du monde) // Catule Mendès, cité par Hector France (Les horreurs de l’alimentation – Journal des voyages et des aventures de terre et de mer) // Hector France (Etude des mœurs gastronomiques des peuples les plus divers, revue des étrangetés culinaires les plus invraisemblables, les plus folles et pourtant les plus réelles) // Alexandre Dumas (Le grand dictionnaire de cuisine)  // Marco polo (le Devisement du monde) // Lewis Carroll (De l’autre côté du miroir et de ce que Alice y trouva)  // Richard Brautigan (Retombées de sombrero) // Fabienne Yvert (Télescopages)


petits cahiers

11 décembre 2016

20161209_174940Quelques belles pages simples (photographiées vite fait durant le cours), parmi les 84 pages de chaque cahier, que les étudiants du master de création littéraire devaient remplir vendredi dernier, agrémentés de notes écrites par un de leurs collègues.

20161209_175413 20161209_175630 20161209_175857


Stratégies obliques

11 décembre 2016

12 h avec les élèves du Master de création littéraire de la fac Jean Jaurès (le Mirail), pour une “initiation à des techniques artistiques, poétiques et plastiques“…
L’occasion de faire voyager une petite partie de ma bibliothèque pour leur montrer quelques livres (et kilos à transporter..) remarquables!
Les miens aussi, dont différentes éditions de quelques uns (Papa part, … – 20 cm de 4ème dimension, Télescopages – Avez-vous faim? – …) , à regarder, à comparer, à apprécier les choix et les différences éditoriales.

Dans mon cabas (j’en oublie plein, c’était plus lourd que ça! à compléter quand je rentrerais à Marseille…) : Pierre Tilman , C’est l’histoire d’un type (différentes éditions); tout comme unique // Yann Monk , Plouk Town // Gaston Chaissac, Lettres (au Daily-Bull) // André Martel et Jean Dubuffet, Le mirivis des naturgies // Topor, Erika // Spoerri, Topographie anecdotée du hasard // Sigolène Prébois, Version live // Abbas Kiarostami, Un loup aux aguets // Jacques Rebotier   22, placards  // Peter Bichsel, Yodock // Dedieu & Katy Couprie, Cocottes perchées // Paul Cox  Mon amour // Ingri Egeberg  Pas facile l’amitié // Nadja, Comment faire des livres pour les enfants // Stéphanie Ferrat, Je n’écris plus //Nadine Agostini, Dans ma tête // Gérard Arseguel, A feu doux // Robert Grenier, 100 sentences/100 phrases // Lev Rubinstein, Le temps passe ; Tant qu’y a de la vie //  Brian Eno & Peter Schmidt, Oblique Stratégies

capture-decran-2016-12-11-a-10-07-00

Lors de la 2ème séance, nous avons travaillé à partir des Stratégies obliques : chacune des  cartes “contient une piste, une instruction, un principe basique destiné à relancer le travail créatif”, en décadenassant l’imaginaire, en prodiguant des conseils ou posant des questions qui obligent l’esprit à changer d’angle de réflexion.

20161209_144415Chaque étudiant devait faire 40 cartes recto/verso :
• au recto, “une maxime, une phrase, une proposition pour votre avenir, la création littéraire et une conduite de vie” ;
• au verso, “des choses à ne pas faire pour mener à bien un travail d’écriture”.

Pour imprimer les cartes, chacun devait choisir une typo qu’il aimait pour le recto , le verso, en Gill sans.

La fois d’après,  nous avons mélangé les cartes, un gros paquet!

Puis nous les avons utilisées dans différents exercices d’écriture.

 20161209_14453120161209_15363720161209_15405920161209_172410 20161209_144720 20161209_14484220161209_153301 20161209_152534


pour l’yvert

11 décembre 2016

De retour à Toulouse, grande rigolade en voyant la vitrine de Noël concoctée par les libraires de Terra Nova (Merci!!)20161210_12351420161210_123440 20161210_123445 20161210_123450 20161210_123456 20161210_123501 20161210_123511