Tagada turlutu tue

22 mai 2020

• Petite visite du jeudi chez Raphaëlle :
agréable circuit entre les plantations du jardin, bien étiquettées sur ardoise

(ce qui me rappelle de chercher où retrouver le crayon blanc gras dont je me sers pour dessiner :

 
avec la mine enroulée dans du papier ou un copeau de bois, pratique tout terrain)

& puis, voir le nouveau toit en bois de la grande grange, qui a occupé Raphaëlle ces derniers temps :

avec sa crête qui suit la ligne horizontale et pas le faitage
Le bois fondu dans le paysage, qui passe de l’ocre au gris en une année
Madame avec laquelle nous causons planches, pour nos bancs..!

& Jeanne qui suggère un montage qui dure plus que sauvagement visser :

et après la réflexion, la joie partagée d’un bon déjeuner ensemble au soleil, avec feu d’artifice des desserts, dont un Tagada digne d’un 1% de rond-point..!


Après Job et des discussions de transat qui dilatent le cœur, retour sous la garde des nuages

• & des nuages repassons au toit, avec les épis de faitage normand,
comme celui-ci datant du XVIIe siècle

et une fabrique près de Caen, la poterie de Bavent, dont Jeanne nous a parlé :
(je ne sais pas si on pourra y faire un tour avec Xavier!)



Pour tous les goûts..! avec les tuiles vernissées…

• au Lieu/lien, suite des dessins dégradés en jaune, avec les événements des derniers jours, sous le soleil :



• & pendant ce temps-là, entre Marseille et Tulle :

• & pour un projet de couture, la chemise japonaise de Manée :

• reçu de Pierre Tilman et Agnès Rosse, un masque en duo :

et cette chose réjouissante envoyée par Christine :