atelier d’écriture- 1

19 septembre 2019

20190917_184209L’atelier d’écriture se poursuit.

Cette année, nous nous retrouv(er)ons
tous les mardis soirs
de 18h30 à 20h30
.

1er atelier, ce mardi 17 septembre.
8 participant.e.s,
5 nouvelles têtes,
3 têtes que j’ai plaisir à retrouver,
+ Hélène qui n’a pas pu venir ce soir.

 

Pour faire connaissance, parlons MOTS, avec Leslie Kaplan et des extraits de TOUTE MA VIE j’AI ÉTÉ UNE FEMME (POL).
Nous commençons avec le texte au titre Foucaldien Les mots et les choses :
(que j’ai remis en page pour faire des photocop pour l’atelier, lire par colonnes, il en manque un bout sur la page 2, où je n’ai gardé que la fin, j’espère que cela vous donnera envie de découvrir le texte en entier!)
kaplan 1
kaplan2

& vous, quel est votre rapport avec les mots ?
écrivez-le comme un dialogue intérieur
(je n’ai pas encore tous les fichiers audio ou textes à mettre en ligne, mais voilà déjà un début avec ceux que j’ai…)
Revenez plus tard voir ou entendre les textes manquants, ça vaut le coup!!

Agnès :

 

 

Raphaëlle :

 

 

Marion :

 

 

David :

 

 

Les mots ça résiste
Ça me résiste
Maudits soient les mots mal dits
Mal écrits c’est pire
Dans un livre bien choisi
Ça va je te supporte
Et tu m’emportes
Souvent
Mot tu m’agaces
Motus et bouche cousue
Mot tu fais rire
Parfois
Et c’est bon
Tu ferais rire un moribond
Avec toi le mot je suis à l’aise pas à l’aise
Le pire c’est le mot qui rentre dans la bouche au lieu d’en sortir
Des mots à s’étouffer
Ça fait des touffes de mots
Incompréhensibles
Le mot

Dominique :

 

 

Manée :

 

 

Sylviane :

 

 

Un mot qui vous occupe ou préoccupe. Décortiquez-le, jouez avec, “emmenez-le ailleurs”…
— Agnès : égalité

 

 

— Raphaëlle : climat

 

 

— Marion : surdoué(e)

 

 

— Sylviane : pesticide

 

 

— Manée : jouer

 

 

— Dominique : concerner

 

 

— David : embrouilles

 

Mots avec lesquels on a des embrouilles :
Résister
Honnêteté
Fonctionner
Servir
Utile
Honnête est un mot curieux tiens, il veut tout et rien dire à la fois, Ouais ton vin il est honnête, le pire truc que l’on puisse dire au sujet d’un vin. Et puis c’est super gênant, suis quelqu’un d’honnête, j’essaye surement mais Sur les bords, dans les coins peut être pas tant que ça. Les autres sont ils honnêtes autour de moi, surement mais je suis assez naïf.
Tiens naïf ça aussi je pourrais le mettre dans ma liste.
Dans un monde utopique, l’honnêteté serait notre carburant mais dans notre monde ça ne marche pas.
Finalement ce mot est souvent inutilisable.

 Puis des extraits de Je prends des éléments :
kaplan3
kaplan4

Choisissez des éléments pour construire un récit (il ne s’agit pas de construire ce récit mais de sélectionner des éléments pour une construction, en rendant compte de cette construction possible, pourquoi, comment…)

David, puis Dominique :

 

Paysages   Rochers   Nature   Marcher
Dégringoler des dalles rocheuses en vélo.
La nature comme terrain de jeu. Activité inutile.
Mon corps fait le contraire de ce que je pense.
Ecrire sur les contradictions des humains, écrire un énorme livre de 1200 pages sur la déforestation et faire un tirage à plusieurs millions d’exemplaires.
Les contradictions ça fait toujours de bons récits.
Une fille et son père.
La nature et ceux qui la protègent, ceux qui l’exploitent, parfois ce sont les mêmes.
Sport, société du loisir, pâte à papier, paysage écorché, coups de fusil.
Voila ce qui manquait à mon récit, quelques coups de fusil.

Marion :

 

 

Raphaëlle :

 

 

Agnès :

 

 

Sylviane :

 

 

Manée :

 

 

Prenez des éléments choisis par les autres, et agencez-les

Agnès :

 

 

David :

 

Un crime
En Bretagne, paysage plombé, ravagé par les embruns ; en contrebas, des rochers noirs balayés à intervalle régulier par la lumière du phare.
Ça c’est produit l’été, ha ben non puisque le ciel est plombé, les embruns, rochers noirs, tout ça.
Des gens qui avaient plaisir à être ensemble, avaient réussi à tisser des liens de façon remarquables.
Qu’est-ce qui a bien pu se passer pour que cela arrive.
Jalousie? Non ça serait vraiment ringard, bien blaireau comme récit.
Ringard roman de gare.
Et les trains dans tout ça…

Dominique :

 

 

Marion :

 

 

Sylviane :

 

 

 et puis, hier soir, j’ai repensé à la question de Raphaëlle après les 2 heures passées à écrire à l’atelier :
— & après ?
après rien
après une autre fois
          un groupe
          ensemble
ça avance en nous
l’écriture
ensemble
cette expérience
comme de la gymnastique ou du yoga,
un moment de respiration particulier(e)…

A la semaine prochaine pour l’atelier n°2 !!