atelier d’écriture du mardi – 3

1 octobre 2019

Peu de monde aujourd’hui, mais une nouvelle (bien)venue, Jeanne !

Un extrait de texte d’André Markowicz ; (Partages ed. Inculte)
20190929_15521320190929_155346

Où il est question d’un lieu secret et fondateur, un lieu qui nous centre.
Quel est ce lieu pour vous ? Comment, pourquoi ?
Faites des phrases courtes, adressez-vous à vous-même.

Sylviane :

 

David :
As-tu l’idée d’un lieu secret et fondateur, un lieu qui te centre toi qui est si décentré, toi qui a traversé tant de lieux, ou plutôt tu as été traversé par tant de lieux.
Tu as choisi de revenir vivre sur les lieux de ton enfance, ce qui pourrait être sensé si le sens ne s’était pas perdu en route. C’est parfois au détour d’une pensée tortueuse ou d’un rêve tout aussi tortueux qu’un fragment de ce lieu ressurgi, odeur, lumière, sensation de re-déchiffrer quelque chose d’autre fois bien codifié, organisé, mais pas enraciné.
Dans cette vallée où tu es revenu, tu n’y comprends plus rien. Tu connais bien ce rocher sur la rivière, mais il ne te veut plus, tu n’as plus la capacité de jouer dessus, d’y inventer un monde, d’en faire ton île.
Tout est là pourtant, un peu plus enfoui, un peu plus secret, tu ne sais plus comment on n’y accède, ou plutôt ça te coûterait trop d’essayer.
Cette rivière c’est ton lieu mais les crues successives t’ont emporté en aval, du coup tu es là et plus là. Les insectes et les truites sont partis avec, libellules bleues, vertes et jaunes, parties.
Malgré tout c’est là que tu veux être, vivre, construire ta maison.

Jeanne :

 

Un texte de Marc Graciano, dans la Revue 19 : Ce que vivre veut dire

20190926_134226 (1)20190926_134255 (1)20190926_134303 (1)20190926_134327 (1)20190926_134336 (1)20190926_134351 (1)20190926_134402 (1)20190926_134418 (1)

& pour vous, ce que vivre veut dire, par double vers, comme le texte
plusieurs pages svp, vous crispez pas, laissez venir les images et les idées, même « futiles », même « 3 fois rien », même un peu « folles », etc…
évitez les lieus communs ou  détournez-les.

Jeanne :

 

David :

Être en roue libre
Lécher sa sueur

Manger goulûment
Regarder ailleurs

Avoir peur
Reprendre un verre de vin

Aller aux champignons
Poser un lapin

Mourir ventre à terre
Voler au-dessus de ses moyens

Boire une tisane sans eau
Sucer un caillou

Aller à la pêche
Cacher la misère

Écrire une page de duplicité
Se fendre la gueule

Avoir un mal de chien
Défroquer un prêtre

Être en panne sèche
Avoir le feu au cul

Écouter quelqu’un vous parler
Comprendre autre chose

Casser les pieds
Sortir prendre le frais

S’arracher une dent
Se recoudre une braguette

Penser à un beau cul
Reprendre du céleri rémoulade

Couper un vieux chêne
Mentir à son chien

Sauter en parachute
Éplucher des mouettes

Se marier à Pâques
S’enfuir en Australie

Gratter des moules de bouchot
Casser du sucre sur son dos

Sauter à pieds joints en juillet
Manger un plat froid le dimanche

Passer son chemin aux micro-ondes
Suivre une fourmi en enfer

Sylviane :

 

& Agnès en guest star, qui a improvisé l’exercice dans sa bagnole un jour en allant au boulot..!

 

Merci à vous avec cette photo du jour…

20191001_140357