musique et gaufrettes

11 décembre 2016

Réunion de travail cet après-midi, qui poursuit celle d’hier :
20161211_165730d’abord, le choix des textes pour le banquet ; on en a beaucoup trop ; couper un peu, argumenter pour garder un texte qu’on aime menacé de disparition, les regrouper pour une même session…20161211_165714
& aujourd’hui la musique ; j’ai rejoint Marc, Arthur & Charlène à l’heure du goûter, après leur répétition-expérimentation-mise au point, avec des gaufrettes à textes, bien sûr!20161211_165800

Reste alors à marier textes et musiques; définir comment dire tel ou tel texte, comment les mots seront accompagnés.
20161211_182637Que le morceau « Béret beurre cornichons » accompagne Georges Hyvernaud me ravit particulièrement…! Le « Mambo riche et célèbre » avec Jean Meckert aussi ! Quant au passo doble « Fuego de toros », avec le sandwich au thon de Richard Brautigan, c’est juste exquis !

20161211_18205220161211_18231820161211_172535Un petit aperçu de quelques instruments divers et variés…
20161211_172603 20161211_172631 20161211_173411 20161211_180722

20161211_181223Et puis il fallait que le saxophone basse de Marc accompagne le personnage du géant de Liberté dans la montagne de Marc Graciano.

 

 

(quoique pour la terrible recette coloniale du pied d’éléphant, ce serait tout aussi formidable!)

 

 

A suivre…

 

 


coup de bol

11 décembre 2016

capture-decran-2016-12-11-a-14-36-48

 

 

Un banquet poétique qui se déroulera au restaurant associatif Le Bol rouge  (43 avenue des Etats-Unis, à Toulouse), avec  Spoke on the water (Marc Maffiolo et Arthur Daygue +  Charlène), plus l’équipe du Bol, bien entendu, pour mieux goûter les mots.

 

 

La langue est dans notre bouche, qui goûte tous les mots qu’on prononce (et comme pour la cuisine, les langues étrangères ont d’autres saveurs) ; les constructions de phrases, le style, comme autant de sauces et de cuissons. La cuisine de la langue se déguste à tous âges et en tous lieux. Cela nous a donné l’envie d’un banquet gastronomique, ludique et poétique : nous allons nous régaler des mots concoctés avec l’équipe du Bol rouge. Des mots à croquer, qui jouent avec ou qui fondent sous la langue, certains même gratinés ou bien épicés? En tout cas qui nous allèchent et qui nous rassasient délicieusement.

capture-decran-2016-12-11-a-15-07-24

On vous propose aussi des phrases à manger du regard, affiches ou objets qui disent l’appétit de la langue, le délice d’un bon mot.
D’abord, les assiettes : rappelez-vous un post précédent !

Et puis, nous ressortons les 40 bols qui proviennent du cabinet de curiosités, réalisés avec Jean-Pierre Larroche, dont la suite de prénoms forme une longue phrase
(ex : Simon + Amandine  = si mon amant dîne…, Ella + Valérie + Eddie = elle avale et rit et dit…., etc.)

D’autres mots (et musiques) à entendre tout au long de la soirée, du velours pour les oreilles pour accompagner celui de l’estomac.
Quelques extraits courts, ou plus longs :

1-simonAu fond, j’ai le cœur trempé comme une soupe. (Henri Calet, Monsieur Paul)

2-amandine

 

 

Nous pelâmes le maïs. Le silence était une montagne. (Jonathan Safran Foer, Tout est illuminé)

1-ella

C’était leur façon d’être : ils ne montraient jamais la moindre émotion. Exactement comme quelqu’un qui bâille ou qui épluche une pomme de terre. (Charles Bukowski, Women)

 

2-valerieSi on vous ordonne de casser la patte d’un crabe ou d’un homard, pincez-la dans la porte de la salle à manger : de cette façon, vous pouvez aller graduellement sans écraser la chair. (Jonathan Swift, Instructions aux domestiques)

3-eddie

  1. Occasions dans lesquelles les choses sans valeur prennent de l’importance
    Le radis du premier mois*. (Sei Shônagon, Notes de chevet)
    (* Longues raves qu’on préparait le deuxième jour de l’année, et qui devait assurer une longue vie.)

24-eleazar

 

« Sil vous plaît, je ne désire pas que l’on me présente au pudding, se hâta de dire Alice. (Lewis Carroll, De l’autre côté du miroir et de ce que Alice y trouva)

 

Qui dineront avec nous : Henri Calet (Monsieur Paul) // Paolo Sorrentino (Ils ont tous raisons) // Jonathan Safran Foer (Tout est illuminé) // Charles Bukowski (Women) // Jonathan Swift (Instructions aux domestiques ; Modeste proposition pour empêcher les enfants des pauvres en Irlande d’être à la charge de leurs parents ou à leur pays et pour les rendre utiles au public, Les voyages de Gulliver) // Georges Hyvernaud (La peau et les os) // Jean Meckert (Les coups) // Marc Graciano (Liberté dans la montagne) // Pascal Quignard (Les tablettes de buis d’Apronenia Avitia) // Sei Shônagon (Notes de chevet) // Ito Ogawa (Le restaurant de l’amour retrouvé) // Marcel Proust (Du côté de chez Swann) // Francis Ponge  (Comment une figue de parole et pourquoi) // Maryline Desbiolles  (La seiche; La scène) // (Les gourmets au Congo) // Blanche Dussane (L’art d’être gourmand) // James Cook  (Relations de voyages autour du monde) // Catule Mendès, cité par Hector France (Les horreurs de l’alimentation – Journal des voyages et des aventures de terre et de mer) // Hector France (Etude des mœurs gastronomiques des peuples les plus divers, revue des étrangetés culinaires les plus invraisemblables, les plus folles et pourtant les plus réelles) // Alexandre Dumas (Le grand dictionnaire de cuisine)  // Marco polo (le Devisement du monde) // Lewis Carroll (De l’autre côté du miroir et de ce que Alice y trouva)  // Richard Brautigan (Retombées de sombrero) // Fabienne Yvert (Télescopages)


petits cahiers

11 décembre 2016

20161209_174940Quelques belles pages simples (photographiées vite fait durant le cours), parmi les 84 pages de chaque cahier, que les étudiants du master de création littéraire devaient remplir vendredi dernier, agrémentés de notes écrites par un de leurs collègues.

20161209_175413 20161209_175630 20161209_175857


Stratégies obliques

11 décembre 2016

12 h avec les élèves du Master de création littéraire de la fac Jean Jaurès (le Mirail), pour une « initiation à des techniques artistiques, poétiques et plastiques« …
L’occasion de faire voyager une petite partie de ma bibliothèque pour leur montrer quelques livres (et kilos à transporter..) remarquables!
Les miens aussi, dont différentes éditions de quelques uns (Papa part, … – 20 cm de 4ème dimension, Télescopages – Avez-vous faim? – …) , à regarder, à comparer, à apprécier les choix et les différences éditoriales.

Dans mon cabas (j’en oublie plein, c’était plus lourd que ça! à compléter quand je rentrerais à Marseille…) : Pierre Tilman , C’est l’histoire d’un type (différentes éditions); tout comme unique // Yann Monk , Plouk Town // Gaston Chaissac, Lettres (au Daily-Bull) // André Martel et Jean Dubuffet, Le mirivis des naturgies // Topor, Erika // Spoerri, Topographie anecdotée du hasard // Sigolène Prébois, Version live // Abbas Kiarostami, Un loup aux aguets // Jacques Rebotier   22, placards  // Peter Bichsel, Yodock // Dedieu & Katy Couprie, Cocottes perchées // Paul Cox  Mon amour // Ingri Egeberg  Pas facile l’amitié // Nadja, Comment faire des livres pour les enfants // Stéphanie Ferrat, Je n’écris plus //Nadine Agostini, Dans ma tête // Gérard Arseguel, A feu doux // Robert Grenier, 100 sentences/100 phrases // Lev Rubinstein, Le temps passe ; Tant qu’y a de la vie //  Brian Eno & Peter Schmidt, Oblique Stratégies

capture-decran-2016-12-11-a-10-07-00

Lors de la 2ème séance, nous avons travaillé à partir des Stratégies obliques : chacune des  cartes « contient une piste, une instruction, un principe basique destiné à relancer le travail créatif », en décadenassant l’imaginaire, en prodiguant des conseils ou posant des questions qui obligent l’esprit à changer d’angle de réflexion.

20161209_144415Chaque étudiant devait faire 40 cartes recto/verso :
• au recto, « une maxime, une phrase, une proposition pour votre avenir, la création littéraire et une conduite de vie » ;
• au verso, « des choses à ne pas faire pour mener à bien un travail d’écriture ».

Pour imprimer les cartes, chacun devait choisir une typo qu’il aimait pour le recto , le verso, en Gill sans.

La fois d’après,  nous avons mélangé les cartes, un gros paquet!

Puis nous les avons utilisées dans différents exercices d’écriture.

 20161209_14453120161209_15363720161209_15405920161209_172410 20161209_144720 20161209_14484220161209_153301 20161209_152534


pour l’yvert

11 décembre 2016

De retour à Toulouse, grande rigolade en voyant la vitrine de Noël concoctée par les libraires de Terra Nova (Merci!!)20161210_12351420161210_123440 20161210_123445 20161210_123450 20161210_123456 20161210_123501 20161210_123511


libraire d’un jour

28 novembre 2016

capture-decran-2016-11-19-a-18-49-51

20161126_141456Ça commence en déballant, à la librairie, un gros carton rempli de livres commandés exprès. Ils y sont presque tous, youpi. (Quand même des regrets pour les absents, dont Hélène Bessette, …) Puis, Lucas m’offre les beaux bandeaux jaunes que voilà, et nous installons un joli coin rayé de jaune, plus des livres disséminés dans les rayons.

Et vite, voilà quelqu’un en peine de trouver un livre, qui rentre pour la première fois à Terra Nova, nous discutons, et hop, cette dame repart avec le sourire et Ces choses là, de Marianne Alphant. Et vite, (avant la photo!) Yodock  de Peter Bichsel (ed. Harpo &) s’en va aussi chez quelqu’un. Plus tard Georges Mishuga retourne en Suisse avec José Parrondo dans son sac, belle rencontre!

Voilà une expérience formidable : défendre les livres qu’on aime dans une librairie (libraire, ça s’appelle aussi!), et persuader les gens-lecteurs de vous faire confiance, de choisir ces livres comme un butin à emmener chez soi.

20161126_141556Quand on arrive à faire passer son enthousiasme et son amour pour tel ou tel livre, en fonction du désir du lecteur, et qu’il repart avec, quelle immense joie de voir le livre quitter la librairie pour aller prendre une bonne place dans une bibliothèque (et dans une tête avec un cœur!!)

Et rendre désinconnu Arno Schmidt, Hyvernaud, Pinget, Maurice Roche, Wolfson, Chaissac, …, on ne se sent pas inutile!!

20161126_141358 20161126_141428 20161126_141512 20161126_141542  20161126_141649Et puis, ça m’a marqué comme expérience, la preuve :  je me réveille le lendemain en regrettant de n’avoir pas pensé à proposer Terra Ignis, sur le travail de Barcelo, qui était rangé au rayon beaux-arts, à une quelqu’une, que je connais bien, qui est passée me voir à la librairie !

 

 

 

 

 

On ne voit pas toujours bien le titre des livres sur les photos, et il en manque !

Alors voilà ma liste de commande, vraiment non exhaustive et en vrac :

Georges Hyvernaud   Le wagon à vaches- La peau et les os
Jean Meckert   Les coups
Ian Monk   Plouk town
Frank Smith    Katrina – Guantanamo  
Jeanne Sautière  Fragmentation d’un lieu commun
Lydie Salvayre    BW
Marianne Alphant   Ces choses-là – Petite nuit
Leslie Kaplan   L’excès-l’usine
Léon Werth  La maison blanche
Sigolène Prébois    Version live
Frédéric Boyer   Phèdre les oiseaux
Jacques Rebotier   22, placards – Le dos de la langue – Contre les bêtes
Arno Schmidt   Scènes de la vie d’un faune – Brand’s Haide – Miroirs noirs – et tout
Anne-James Chaton  Elle regarde passer les gens
Charles Pennequin  Comprendre la vie
Emmanuel Adely  Je paie
Pierre Tilman  Les statues n’ont pas de poil – Tout comme unique
David Antin  au moins les 2 livres chez Héros-limite
Abbas Kiarostami   Un loup aux aguets
Henri Cueco   120 paysages que je dois peindre  – Dialogue avec mon jardinier
Robert Pinget   Mr Songe – Charrue – Théo – L’inquisitoire
Emine Sevgi Ozdamar   La vie est un caravanserail – Le pont de la corne d’or –
Carol Dunlop – Julio Cortazar   Les autonautes de la cosmoroute
François Maspero   Les passagers du Roissy-Express
Considérant qu’il est plausible... (970-10-92616-02-6)
Hélène Bessette  Suite suisse
Pascal Quignard Les tablettes de buis d’Apronenia Avitia
Sei Shonagon  Notes de chevet  (ou Notes de l’oreiller suivant les éditions)
Sabine Macher   le lit très bas – carnet d’A
Maurice Roche  Un petit rien-du-tout tout neuf plié dans une feuille de persil  (déjà, moi on m’a chourré le mien, y m’en faut un!) – et puis tout
Charles Bukowski  Les jours s’en vont comme des chevaux sauvages…- L’amour est un chien de l’enfer  – Le postier  – Women
Amos Tutuola     Ma vie dans la brousse des fantômes
Gilbert Sorrentino  Red le démon (chez Bourgois de préférence si il est encore dispo, sinon 100 pages mais il est dur à lire avec leur maquette) – Petit casino
Laurence Sterne  Vie et opinions de Tristram Shandy
Victor Chlovski  Zoo, lettres qui ne parlent pas d’amour ou la Troisième Héloïse
Richard Brautigan   La pêche à la truite    et tout !
Annie Dillard  Pelerinage à Tinker creek – Apprendre à parler à une pierre
William Kotzwinkle  L’ours est un écrivain comme les autres
Peter Bichsel   Le laitier – Les saisons – Yodock
Alexandre Vialatte  Chroniques des grands micmacs – Almanch des 4 saisons
Jules Renard  Poil de carotte –  Journal  (je sais pas si il existe en dehors de la Pleiade, mais c’est top)
Pierre Albert-Birot  Les mémoires d’Adam et les pages d’Eve –  Remy Floche, employé –
Queneau – Perec – Ponge   je suppose que vous en avez plein, sinon…
Gaston Chaissac    le plus possible, dont celui au Daily Bull
Louis Wolfson   Le schizo et les langues
Marcel Durand   Grain de sable sous le capot
J.M. Rouillan  Je regrette, et tout, dont ceux d’Al dante
Raul Hilberg  L’extermination des juifs d’Europe
Victor Klemperer  LTI 
Eugénie Lemoine Luccini  La robe
Edmund Mach  Triomphe d’un choqué
Xavier de Maistre  Voyage autour de ma chambre
Les 1001 nuits
(pas une édition en corps 9 où faut une loupe…) dans la « vieille » et superbe traduction de Mardrus
Cami  Voyage inouï de Mr Rikiki
Raymond Marshall   Miss Shumway jette un sort
Ned Crabb  La bouffe est chouette à FatchaKulla
J.L. Godard  Histoires du cinéma
Paul Cox  Mon amour – Coxcodex
Ingri Egeberg  Pas facile l’amitié
José Parrondo  C’est-comme-ça et-pas-autrement   si il est pas dispo, autre chose!
Nadja  Comment ça se fait – l’amour c’est fou – Chaperon rouge
Clément de Ganlejac  P.C.R. capppucetto rosso
Marjolaine Leray  Un petit chaperon rouge
Marion Fayolle  La tendresse des pierres
Anne Herbauts  Cardiogramme – Par delà les nuages
Paul Gauguin   Oviri, écrits d’un sauvage – Noa noa
Fernand Léger  Une correspondance de guerre
Daniel Spoerri   Topographie anecdotée du hasard (ça doit ressortir tout bientôt)
William Wegman  Une journée à la ferme – Cinderella – My town
Charles Freger  Wilder man , et l’autre de cet été
Miguel Barcelo  Terra ignis
Katsumi Komagata  Petit arbre  , il est un peu cher et difficile à trouver, mais c’est un magnifique cadeau de Noël, & c’est un livre vraiment exceptionnel, n’hésitez pas!!!!


visite Soulmento

25 novembre 2016

capture-decran-2016-11-19-a-18-49-23

20161125_210340On était peu nombreux à la librairie, c’est un peu dommage, tant pis pour vous..!
Nous avons eu droit à un grand déballage, des cartes, des avis, des conseils, des affiches édifiantes, un petit concert de manivelles, des livres, bien sûr, de poésie et de typographie, & de poésie de la typographie, et puis, nous avons tous choisi notre carte Vissa Fissa, de la banque Kroot ; nous sommes sortis de cette rencontre le sourire aux lèvres et le cervelle en ébullition. Ça fait du bien.

20161125_19333520161125_19324420161125_20400920161125_202210

Né en 1969, l’auteur connu sous le nom de Georges Mishuga est un artiste genevois polyvalent formé à l’Esav. Sa pratique va du dessin à la typographie, en passant par la vidéo et la musique, la fabrication de livres ou d’objets, toujours signés sous différents pseudonymes, lesquels incarnent à chaque fois une facette de ce travail polymorphe qui est aussi un art de vivre.
Georges Mishuga – le pseudonyme – naît en 2006. On doit à Georges Mishuga, outre 11 livres publiés aux éditions Héros-Limite, le dessin de plusieurs maquettes intérieures et la plupart des impressions en typographie des couvertures des éditions – notamment la très belle et très originale collection « Feuilles d’herbe ».
L’oeuvre littéraire de Georges Mishuga est diffusée de la main à la main par les éditions Soulmento – structure alternative créée en 2007.
Georges Mishuga est également l’auteur d’une imposante réflexion sur la typographie à visée encyclopédique, dont nous présentons aujourd’hui deux volumes : Le Caractère des caractères et Un Caractère en couples.

capture-decran-2016-11-25-a-09-26-49

Le Caractère des caractères est une grammatologie comparée de l’alphabet latin. Sous-titré « Quelques fontes offertes à votre regard », l’empilement systématique des lettres de l’alphabet distinguant capitales et bas de casses, découvre pour chaque police ici inventoriée sa physionomie, ou son « caractère » au sens physiologique du terme.

capture-decran-2016-11-25-a-09-26-16

 

 

 

Un Caractère en couples : l’ITC New Baskerville prolonge la méditation et démonstration du Caractère des caractères. Superposant systématiquement deux à deux les lettres de cette police, compte tenu de la variable que constituent les capitales, bas de casses, et petites capitales, le volume offre un nouveau regard systématique sur cette fonte – agrémenté qu’il est en son centre par Les Caractères de ce caractère (cahier de 24 pages encartées, imprimé sur un papier de couleur rose, complétant le chapitre consacré au Baskerville dans Le Caractère des caractères)


20 000 lieues sous les mers

25 novembre 2016

Début de la déco de Noël à Terra Nova : ça nous éclaire…img_6336 img_6340img_6339img_6352img_6338img_6341img_6353img_6354img_6345 & des méduses, et encore des guirlandes de méduses (merci à Christine Carte, de Maad design!), et de la lumière ; belle ambiance !

img_6356img_6355img_6361img_6350img_6362img_6349pour des livres et un café, accompagné d’un crumble (ils cuisaient pensant l’installation!) , en levant la tête vers la lumièreimg_6365img_6363img_6360img_6358


collection 2

22 novembre 2016

20161122_161731Aujourd’hui, seconde et dernière fournée d’assiettes peintes,

 

avec Marc Maffiolo et Arthur Daygue, qui seront de l’aventure au Bol rouge !

Ce soir, nous avons nos 50 assiettes

20161122_16230920161122_161715

& voilà le travail  :
Si l’une d’elles (ou de celles précédentes) vous tape dans l’œil, choisissez-là avant le 15 décembre!

20161122_17355220161122_17361920161122_17365120161122_17384520161122_17374320161122_21115920161122_210914 20161122_224913


à noter dans l’agenda pour la fin de la semaine

21 novembre 2016

Vendredi soir, à terra Nova, ne ratez surtout pas ça!capture-decran-2016-11-19-a-18-49-23

& samedi, l’occasion de voir des livres peu présents en librairie :capture-decran-2016-11-19-a-18-49-51Et puis, samedi aussi, belle coïncidence du calendrier, pour le mois du film documentaire, présentation au grand M de DISPARAISSEZ LES OUVRIERS de mon amie Christine Thépenier & JF Priester, avec cette affiche, au titre tamponné, dont nous sommes fières (allez, ce soir le féminin pluriel l’emporte sur le masculin..!)
Plus de renseignements sur le film sur ce site : http://www.disparaissezlesouvriers.fr/lefilm/entretien

dlo-novembre-2016

 


un we de bel automne

21 novembre 2016

Nouveau séjour, qui commence le vendredi par un cours à la fac, pour le master de création littéraire. J’arrive avec une charrette de marché (c’est lourd, les livres!!) pleine de livres, les miens, et d’autres que je trouve remarquables et qui vont appuyer mes propos.
Penser au support papier, à sa matérialité, qui peut nous aider à écrire, en se fixant des règles du jeu : nouveau programme pour les étudiants, pro de l’ordi!

Et puis, le soir, vu un spectacle iranien vraiment formidable, Count to one par la cie Yase Tamam, avec des « marionnettes » en argile. 3 « soldats » et 1 musicien virtuose, et de l’argile sans parole. C’est pas le but de ce blog que de parler de ça, mais on va pas se gêner pour faire partager du formidable! (comme j’ai capturé les photos sur internet, on a droit aux flèches…)capture-decran-2016-11-19-a-10-19-02 capture-decran-2016-11-19-a-10-18-40

20161122_110619

 

Et puis, le lendemain soir, Sec à la Cave Poésie, pour le cycle Yes! I am un immense provocateur, en hommage à Leo Ferré. A 8 sur la scène, ça dépote! L’occasion d’entendre Ferré avec de nouvelles bouches et oreilles.

 

 

 

 

 

(et d’apprécier Louise Labé!)

 

Et puis dimanche, il fait beau, en profiter pour la lessive dans mon super gîte toulousain ou/et la Révolution; des nouvelles rencontres à Gaillac, à l’atelier typo Les écrits 9. Bonne pioche!20161120_12352920161120_162423

20161121_200433Le soir en rentrant, devant l’ordinateur, en levant le nez, il y a ce beau panier en osier (?), avec un brin d’osier pris dans la porte du placard, comme si le reste de la nature où l’osier a poussé y était caché.

 

 


collection

19 novembre 2016

La première fournée d’assiettes pour le banquet littéraire au Bol rouge, en décembre. On a décidé qu’elles seront à vendre (pas cher!) après les 3 soirs de spectacle-performance-restauration — (on peut commencer à imaginer ce qu’il y aura dedans…)

img_3448img_3484img_3483img_3482img_3478img_3476img_3475img_3474img_3473img_3472img_3471img_3470img_3469img_3468img_3467img_3466img_3465img_3464img_3463img_3462img_3461img_3460img_3459img_3458img_3457img_3456img_3455img_3454img_3453img_3452img_3451img_3450

ces 2 là sont déjà réservées!

img_3477img_3449


aller-retour

19 novembre 2016

10 jours à Toulouse, 4 jours à Marseille, 10 jours à Toulouse, 10 jours à Marseille, 10 jours à Toulouse…
En novembre et décembre, ça rigole pas avec l’emploi du temps..!

20161118_071539Pensées à l’arrêt de bus, pour aller prendre le train tôt hier matin : avec une vue pareille, c’est pas gênant d’attendre le bus

manque le bol : les wc (ici, du train) comme lieu d’expression20161118_083943


ATELIER DU MERCREDI

10 novembre 2016

20161109_104326Mercredi 9, 1ère journée de « décoration » d’assiettes en prévision du banquet littéraire au Bol rouge en décembre.

 

Taïga nous accueillait dans sa cuisine, et Marc est venu travailler avec nous, avant de participer en tant que musicien aux 3 soirée du Bol !

 
50 assiettes où écrire, avec de la peinture et des feutres qui cuisent au four à 160°. Nous avons réussi à faire 3 fournée de 10 assiettes!

20161109_121203

Taïga a fait grève de peinture, le temps de prendre une assiette pour manger son dessert

20161109_142152 20161109_170623


en automne

8 novembre 2016

Dans le train Marseille-Toulouse du 5 novembre, impression d’automne

20161105_132742

20161108_211046