choses vues (extraits)

26 septembre 2020

& qui m’ont tapé dans l’œil (je suis en retard, je me suis fait des vacances de blog..!) :

A Beaubourg, dans l’exposition Global(e) Resistance (jusqu’au 4 janv. 2021)

 

à la Monnaie de Paris, l’expo Akan, valeurs d’échanges


Des cuillers, pour la poudre d’or, et des poids-sculptures
 
Ça me fait bien sûr penser à l’expression “valoir son pesant de cacahuètes”… ou “peanuts”…
J’ai trouvé ça sur un blog (qui nous ramène aussi aux artistes latino-américains) :

“L’étude étonnante que nous vous livrons modestement ici montre combien l’arachide a jouxté toute sa vie celle de l’élément chimique numéro atomique 79. Il est des destins parallèles et étranges.
Originaire d’Amérique du sud, l’arachide est découverte (pour l’occident) par les conquistadors ravageurs partis à la recherche de l’Eldorado. Pour les civilisations précolombiennes elle est aussi précieuse que l’or puisqu’elle est déposée dans les tombes, aux côtés des masques, des bijoux, des statues façonnées du métal soleil.
Eh oui, valoir son pesant de cacahuètes est aussi important que valoir son pesant d’or pour les Olmèques, les Toltèques, les Zapotèques, les Mixtèques, les Aztèques et les Mayas, pour les Incas, les Moches, les Chibchas, les Cañaris. Mais pas pour Hernán Cortés, Francisco Pizarro, Francisco de Montejo et tous leurs homologues pour qui compte seulement ce qui brille.”

& des bijoux sculpturaux, autres beaux objets Akan qui brillent :

Au musée du quai Branly
— La collection de la photographe Françoise Huguier, avec des manteaux ramenés de Sibérie
 
Une combinaison de pilote de chasse et un tapis (alors que j’étais en train de lire La fin de l’homme rouge de Svetlana Alexievich…)

& puis, chaque fois que je vais dans ce musée, je reste longtemps en arrêt devant cet “imperméable” en intestin de phoque, de la haute couture indispensable de la banquise, une merveille…

& puis, un collier en griffe d’ours

& puis, au musée de la céramique de Sèvres, un écho avec ces vases en pattes d’ours

& les collections “d’ailleurs”

Les épis de faitage normands

& puis, bien sûr, la céramique contemporaine
Les 4 saisons de Jean Girel

& les avant-bras-vase de Pascal Convert

& puis aussi du verre, ancien

et contemporain (impossible à photographier dans les vitrines..!)

• & mon périple passait aussi par le Palais de Tokyo, où c’était les derniers jours de Notre monde brûle :

& ici en photo, le travail de Francis Alÿs

• & puis, vu aussi à la monnaie de Paris, un “catalogue”  de numismate, qui m’a fait pensé à certains dessins d’art brut, ou aux planches de Roger Bichard, par exemple…

et puis, sur le pont de Sèvres en travaux, Eluard est toujours vivant