partie Hein?

19 décembre 2017

1ère partie du projet Faites-moi signe, on s’entend bien, qui sera présenté en mai 2018 à la Cave Poésie.
Où je me questionne sur le Pays des sourds, le monde du silence, les ouïes des poissons, le pavillon, le rocher, la cochlée et le vestibule, la transduction et la traduction, le morse, l’organe de Corti,  la gidouille, les huitres, mon petit doigt, Midas, les étiquettes dans les oreilles des vaches, les oreilles de Marie, de Gargamelle, des dieux et empereurs chinois, du général de Gaulle, et de Lao-Tseu, de « Mayday » et de Médée, des oreilles votives égyptiennes, grecques et romaines, des oreilles de Bouddha, de l’oreille qui tinte et du point de la vision située dans le lobe, de Ganesh et de la trompe d’éléphant, du verbe se tromper, des trompes d’Eustache et de Fallope, de la chouette effraie et de l’audition des chouettes en général, de l’ouïe de la cognée et des Elucubrations d’Antoine, Oh yeh, de la conjugaison du verbe ouïr avec exemples mnémotechniques, du verbe jouir et du verbe sourdre, avec l’esprit d’escalier de Fernand Pouillon.
1ère présentation-lecture jeudi dernier au Café Plùm à Lautrec, avec beaucoup d’images à brandir durant la lecture, pour l’illustrer, collées sur des cartons… C’est pratique de préparer ça dans une librairie (ça m’a pris toute la journée!!), car les cartons, surtout en période de Noël, ne manquent pas..!
20171214_18111320171214_181059
« Mais où est sur la carte le pays des sourds ?
Est-ce que ses frontières sont reconnues ? Quel est son drapeau ? Le nombre de ses habitants ?
Pour se le figurer, faisons appel aux ensembles patates :  »
20171215_001328

Suite le vendredi et samedi soir à la Cave Poésie, en 1ère partie d’une soirée avec Levent Beskardes et sa poésie chant-signée. Beaucoup de sourds et de gens bilingues dans la salle. Janick Mauger est ma super traductrice, et je regrette de ne pas pouvoir la regarder en lisant, particulièrement lors de la Poésie technique récapitulatrice sur le fonctionnement de l’oreille :
20171210_16274020171210_162749

Transmet les vibrations tympaniques à
travers la caisse du tympan qui est une cavité
aérienne, jus-qu’aux cavités liquidiennes de
l’oreille interne.

Les vibrations parvenues à l’étrier sont transmises
par la fenêtre ovale au liquide périlymphatique, qui
vibre à son tour.

La propagation des vibrations dans le liquide suit
tout d’abord la rampe vestibulaire du limaçon, puis
la rampe tympanique, pour aboutir à la fenêtre
ronde, qui se déforme.

La plus grande partie de l’énergie passe de la
rampe vestibulaire au canal cochléaire, et à partir de
là, à la membrane basilaire, qui vibre à son tour ;
elle ébranle les cellules auditives.

Les cellules auditives sont alors déplacées
latéralement par rapport à leurs cils qui se
courbent sous l’effet du déplacement.

Le déplacement des cellules auditives
entraîne la libération d’un neurotransmetteur
qui va stimuler les fibres nerveuses du
ganglion de Corti.

L’influx est créé, il se propage alors le long
des axones du nerf cochléaire.
20171213_075337
Pour finir, un hommage à Fernand Pouillon et à l’esprit d’escalier, avec celui d’un hotel construit à Annaba en Algérie en 69, et dans lequel je suis allée il y a quelques années pour le printemps des poètes.
58
& puis, puisque c’est bientôt Noël, l’occasion d’offrir à ceux que vous aimez 2 super beaux livres pour enfants sur la surdité, photographiés ici à la librairie du Café Plùm, le les ai vus aussi à terra Nova… :
20171214_181318