vernissage

2 février 2019

dernier coups d’œil de Carine, avant le vernissage
DSC02753DSC02758
encouragements de Kristel
DSC02827
et briefing pour éviter la casse
DSC02832
fléchage dehors sous la pluie
IMG_1868 (2)
pas de photos de ça, mais grande émotion de voir les ami.e.s venues de loin ou de Paris-banlieue
DSC02829
IMG_1830 (2)
Marianne d’Arles, d’abord, même si je savais qu’elle profitait d’être à Paris pour venir
Jeanne et Manée, venues de Limoges et Tulle, côte à côte comme une apparition souriante et malicieuse, je devais avoir les yeux comme des soucoupes, avant qu’ils ne s’emplissent de larmes, état border larmes avec la grande fatigue !
Corinne et Bruno, qui ne m’avaient pas du tout dit qu’ils venaient
Puis Maria de Rouen, qui rentre juste d’Inde, et qui débarque avec Virginie et Martial, puis Xavier
& bien sûr Christine, avec sa lettre en porcelaine exposée
IMG_1823 (2)IMG_1807 (2)
Violaine n’est pas là, elle m’a envoyé un message juste avant, et un paquet me dira-t-elle après (pas arrivé), mais elle est bien présente puisque je porte une de ses bagues en grèsportrait
(reportage de Corinne !)
et un message de Jean-Pierre
DSC02839DSC02840
& le soir un mail de Thepenier
aujourd’hui j’ai enfin pu acheter ton dernier livre à l’Hydre car je suis à Marseille
je ne l’ai pas encore lu, mais ce soir oui ! Je l’ouvrirai en espérant y trouver des paquets de joie non imaginées encore…
& je crois bien que c’est ce soir ? Le vernissage de ton expo à Saint Gratien alors je t’imagine une coupe de champagne à la main et je t’espère heureuse !
De mon côté, ce qui me remplie de joie aussi c’est d’aller très bientôt, rejoindre Till en Camargue,  pour l’initier à sa demande lui et ses potes maraichers à la vannerie ! Mais aussi plein de toutes petites choses qui bougent autour de Bichard (toujours)
je te raconterai à l’occasion ! Il me tarde de te voir ici ou là (toujours)
& je t’embrasse fort
Christine

Le lendemain un petit mot de Thomas.
Toutes ces présences et attention me touchent fort,

IMG_1816 (2)

après tant de boulot et arrivée à un état d’épuisement, ne pas être seule au monde quand on n’a plus d’énergie, soutenue dans cette étape de vie et de travail, forte émotion

Puis ouverture et petit tour de l’expo avec le maire, avant le discours et le buffet. Il reconnaît que cette photo a été prise dans le golfe du Morbihan, où il fait de la voile!
DSC01988 (2)
(ça m’étonne toujours qu’on puisse situer ce genre de photo!)
IMG_1792 (2)IMG_1801 (2)
en fin de vernissage, les trainards sont les ami.e.s, et Corinne continue son reportage
IMG_1846
IMG_1844 (4)
IMG_1856 (2)IMG_1840 (2)IMG_1826 (2)
IMG_1821 (2)
Ploum ploum tralala…
20190130_184234 (2)IMG_1808 (2)
– Quel est le point de départ de cette exposition prévue au sein de l’Espace Jacques Villeglé ?
Carine Roma connaissait mon travail, entre autre parce que j’ai participé à une résidence d’ « inventaire(s) » en 2014, en binôme avec Christine Morel. Déjà, je travaillais l’illustration avec des mots car je suis aussi auteure (nous avons entre autre travaillé sur la « mémoire » de la ville à travers des phrases prononcées par les habitants).
Elle a vu une exposition rétrospective de mon travail début 2017 à Toulouse (où plusieurs pièces réalisées pour « inventaire(s) » étaient exposées) et m’a  proposé cette idée de « mots suspendus ». Donc dès le départ, il y a les mots dans l’espace Villeglé.
Les mots suspendus, c’est aussi l’espace de la poésie qui s’ouvre à partir d’un texte.
– Vous créez des oeuvres pour le lieu et pour cette exposition spécifiquement ?
Oui, une exposition dans un tel espace donne envie de faire des choses spécifiques. Et une exposition est une belle occasion de faire de nouvelles pièces. Il ne s’agit pas d’arriver là et juste d’accrocher ce qu’on a « en réserve » dans son atelier. Ce serait dommage pour cet espace d’exposition qui est exceptionnel, et une occasion ratée de se surprendre soi-même, de découvrir de nouvelles pistes de travail.
Vu la configuration du lieu, j’avais envie de travailler le verre, parler de l’espace dans lequel nous vivons avec un matériau transparent. Donc il y aura entre autre des éléments en verre, créés spécialement pour être exposés là.
De même, nous avons réfléchi avec Carine Roma et Kristel Maliges à comment montrer les différentes œuvres dans le lieu, pour que les idées circulent de l’une à l’autre, comment les spectateurs peuvent déambuler dans l’exposition et appréhender l’espace des œuvres et l’espace du lieu, qui est un peu modulable. Une exposition est aussi un travail collectif auquel on ne pense pas quand tout est en place et qu’on est heureux de la visiter.
– Quel est le dénominateur commun des oeuvres montrées ?
Les mots, le texte, la poésie. Des mots simples qui nous parlent quotidiennement, qui enrobent les objets, ou des pensées qui nous traversent, en regardant quelque chose, une forme, une lumière, ou la vie comme elle va.
Remettre de la poésie dans l’espace public où elle disparait de plus en plus au profit de la communication. Je voudrais qu’on retrouve la beauté des mots qui ne sont pas là pour vendre un objet, une idée ou une idéologie. Des mots et des idées à partager pour nous rendre la vie meilleure, pour nous sentir vivant à l’intérieur, pour avoir les idées qui gigotent..!
Un lieu d’exposition est un espace privilégié, où les gens sont plus attentifs, viennent voir de nouvelles choses, une autre façon de penser et voir le monde, appréhender l’espace. Ils sont prêts à être surpris, dérangés, émus, à penser, à réfléchir, à voir autrement ou à travers un autre regard. C’est une ouverture et un partage. Déplacer le point de vue, je crois que c’est une des fonctions de l’art, encore plus nécessaire aujourd’hui.
Une exposition est un monde parallèle, qui a priori peut nous sembler étranger, mais où chacun peut trouver sa place à travers sa façon de l’aborder. Découvrir de nouvelles choses qui nous permettent de penser autrement, qui nous font découvrir d’autres idées, d’autres émotions. Je crois que c’est une exigence importante, d’autant qu les scolaires visitent le centre d’art,
– Qui est Fabienne Yvert ?
Artiste plasticienne et auteure, qui travaille les mots sur des supports variés, en dessin, typographie, en porcelaine, en verre… ou dans des livres qu’on peut trouver en librairie. C’est l’espace des mots qui m’intéressent, avec la poésie et la politique que cela comporte. Des phrases personnelles qui parlent à tout le monde, c’est ce que j’essaie de faire.
Poursuivre inlassablement un travail inclassable entre poésie et arts plastiques.

pour le mot de la fin, la phrase préférée de Jeanne :
IMG_1804 (2)
si tu crois que c’est du tout cuit…