dernier(s) billet(s) avant de partir

24 février 2019

20190222_174852
(vu à Albi vendredi)

Gilles passe tous les jours au Lien/Lieu, et s’assoit à la table après une poignée de main, pour discuter un peu.
— Ils ont peur des handicapés. J’vous assure, madame.
Un jour une femme lui a parlé dans la rue : — C’est gentil
— Vous m’avez dit bonjour, je vous ai répondu !
— C’est rare.

— Pour eux, on n’est pas normal !
— Au Balto, c’est là que je vais faire mes jeux ; on se connaît.
Ça compte énormément d’acheter la confiance de quelqu’un
(drôle de terme, acheter la confiance, ça fait un peu filou !)
— La mentalité corrézienne : t’as de l’argent, ils te connaissent, t’as plus d’argent, ils ne te connaissent pas. T’es au chômage, ils ne te disent plus bonjour.
Il raconte la fois où il a joué 50 contre 1 à une course, parce que le nom du jockey le faisait rire. Il a gagné 700 €. Le buraliste ne voulait pas le payer, disant qu’il n’avait pas assez d’argent en caisse. Alors il l’a menacé d’aller porter plainte, car c’est illégal.
— J’suis peut-être handicapé, mais j’suis pas toccard.

Il attend sa retraite. Il ne sait pas combien il touchera, ni quand. Il énumère tous les boulots qu’il a fait, avec quelques périodes de chômage.
— J’ai été exploité, vous savez, madame.

Le lendemain, il n’a pas trop le moral car on l’a prévenu que sa mère était entrée à l’hôpital à la suite d’un AVC. Elle l’a rejeté enfant parce qu’il était handicapé et il a été placé, puis plus tard elle a reconnu que ce n’était pas de sa faute, dit-il. Il lui téléphone pour avoir des nouvelles (mais elle est paralysée sur la moitié du corps) mais ne peut pas aller à Paris.
— Ça va me faire drôle, madame, si jamais..

Mercredi, il semble préoccupé.
— J’ai quelque chose à vous demander, mais ça me gêne… ?
— Allez-y, je vous écoute, je vous répondrais…
— Mais ça me gêne…
— Mais si vous ne me dites pas quoi, je ne peux pas vous répondre oui, non, peut-être ou je ne sais pas..!
— Mais vous me dites, hein…
20190220_163808
(dessin de Roger Bichard)
— Vous revenez quand? A peine vous serez là que je vous les rendrais, en 2 fois, je vous jure !
— Mais je vous crois, Gilles, ne vous inquiétez pas !
Comment vous mangez quand vous n’avez plus de sous ?
— Oh, je picore ! dit-il en riant sans sa barbe.

20190220_163757
20190220_153612Manée a apporté son catalogue des dessins de Roger Bichard, édité par le musée Sabourdy, celui du Lien/lieu a disparu pendant le déménagement de PEC, il n’est pas encore ressorti d’un carton. Je suis vraiment contente de le voir, même si quelques doubles pages (avec un dos carré/collé, ça pose des problèmes de raccord…) me feraient hurler dans d’autres conditions d’édition et de coût. Pour 10 euros, c’est juste formidable de faire un catalogue accessible pour tous.
(si vous (n’)avez (pas) vu l’expo, je vous engage à acheter le catalogue, directement au musée Sabourdy, 10 € + frais de port, ou en profiter pour aller voir la nouvelle expo…)
20190220_16403920190220_16370220190220_16401620190220_16400420190220_16372620190220_16391520190220_16410420190220_16411120190220_16390220190220_163843
Du coup, je le montre et j’en parle à toute personne qui vient !

On est en train de discuter avec Serge venu récupérer les archives qu’il m’a confiées, quand Sylvie Christophe vient avec ses affaires pour travailler l’après-midi sur la grande table en face de moi. Chic!
Pour une expo en Allemagne cet été ou en septembre (je ne m’en rappelle plus), sur la cartographie. Sylvie tisse le papier, des bouts de France avec des bouts d’Allemagne, avant de découper un motif de ponts dans la mer, pour ouvrir un passage…
20190220_165027 20190220_16504420190220_17063520190220_165035

Elle nous parle d’une famille albanaise dont elle s’occupe, qui a émigré pour fuir la mafia. Les grands parents ont subi à leur tour des pressions, et sont venus rejoindre leurs enfants, en voiture en passant par la Croatie. La France rejette leur demande d’asile, leur imposant de retourner en Croatie, malades et sans famille…
Dublinés… un nouveau sale mot.
Avant qu’il apparaisse, c’était Dubliners de James Joyce, ou alors les Dubliners, qu’on a connu jouant avec les Pogues…
Alors une petite chanson irlandaise sur l’émigration….

Comme nous évoquons des chances différentes pour tous, c’est à se demander si ange gardien n’est pas un boulot rarissime…
Capture d’écran 2019-02-24 à 20.34.28

Avec en plus la mort de Bruno Ganz, un des 2 anges des Ailes du désir, de Wenders…

 

 

Nous cherchons des formules à ange gardien : Serge propose l’ange gardien de b(r)ut(e), il y a aussi l’ange gardien de nuit… (nous rejetons l’ange gardien de la paix…) à suivre…

Le lendemain jeudi midi, Sylvie vient rechercher les affaires qu’elle avait laissées en partant donner son sang avec sa fille mercredi soir. Elle va déjeuner au foyer-logement RESIDENCE DE NACRE (pour personnes âgées, 24 logements). Parmi les activités, il y a le tricot le jeudi après-midi, et un atelier d’écriture par la compagnie Homo sapiens, avec 5 ou 6 participants… Il faudra que j’aille y faire un tour !
Sylvie est élue aux affaires sociales, avant elle s’occupait de la culture. Elle évoque la loi ASV : adaptation de la société au vieillissement ; tout un programme !

& puis, avant de partir, finir les pages intérieures pour le journal de PEC (avec poster géant, tant qu’à faire !) :
rougeaffiche journal fevrier 2.1

aussitôt imprimées, accrochées en bonne place au Lien/Lieu.
20190221_175332#120190221_175336
Les rdv sont pris !