une fin de semaine

11 février 2019

20190207_094544jeudi, Paris-Tulle.
Le jour se lève quand le bus 61 traverse le pont d’Austerlitz.
Train direction Toulouse !
Les passagers ne ressemblent pas du tout aux passagers des trains Paris-Marseille ou Marseille-Toulouse..!
Trajet en compagnie de François Cheng.20190210_123038
Des hommes d’affaires chinois sur le quai de la gare de Chateauroux.
A Limoges le ciel est très bleu, grosse pluie avant d’arriver à Brive.20190210_123010

Un jeune migrant monte dans le TER et me demande si c’est bien le train n°68404 ?
Je ne sais pas, et je n’ai pas mes lunettes. Il va à Tulle, moi aussi.
Sinon, on se perdra ensemble!
Il tique un peu puis un large sourire aux dents blanches lui fend la figure.
— C’est bien formulé!
Je n’y avais pas réfléchi, mais la formule peut s’appliquer à bien plus que ce voyage en train, pour la résidence à Tulle déjà…

Parmi mes autres réflexions voyageuses, celle des ascenseurs à la gare de Brive, pour accéder à tous les quais. Rares sont les gares ainsi équipées (moi qui ai souvent des valises pleines de livres…) A cause de la population, plutôt pas toute jeune ? & puis cette question de niveaux :
-1, la voix anglaise annonce : on the ground
0, platform

A Tulle, retrouvailles avec Manée qui m’a préparé un en-cas, dans les nouveaux locaux super ensoleillés de PEC, la preuve (avec Gaëlle la tête dans la compta..!) :
20190207_144256
20190207_173432Puis, direction Lien/Lieu.
affichage des vœux de l’ENSA de Limoges et un peu de tamponnage pour se (re)mettre en train…20190207_171305

 

Puis faire quelques courses et s’installer dans mon gîte pour 15 jours.
Je ne résiste pas à l’appel du mimosa en passant devant un fleuriste en train de remballer. Plutôt qu’un bouquet comme on en voit dans le sud, on pourrait plutôt dire des brins de mimosa…
Mais qui remplissent parfaitement leur rôle lumineux et réconfortant..!
20190208_091633
& puis le soir, projection de Grande Synthe, au cinéma, avec son producteur fort content.
Capture d’écran 2019-02-08 à 13.49.07
une critique qui résume assez bien la chose, me semble-t-il… :
Capture d’écran 2019-02-08 à 09.30.49
Et puis quelques images… Qui me font aussi penser au Havre et à Martigues-Fos. Ce sont des paysages irrespirables et en même temps magnifiques et hypnotiques (pour moi).
Capture d’écran 2019-02-08 à 09.37.30Capture d’écran 2019-02-08 à 13.54.39Capture d’écran 2019-02-08 à 13.55.41Capture d’écran 2019-02-08 à 13.52.59
Des hauts fourneaux aux fourneaux pour les migrantsCapture d’écran 2019-02-08 à 13.57.47
Sortie du ciné dans le brouillard !!

Tableau du vendredi, avec les marées énergétiques hautes et basses (en attendant des nouvelles de Ouessant…), après une rencontre avec Catherine, qui est acupunctrice.
Capture d’écran 2019-02-10 à 09.41.41
Chaque organe a ses heures pleines et vides (si par ex. tu te réveilles la nuit entre 1 et 3h, c’est ton foie qu’est pas content ; et si t’es super naze dans la journée plutôt entre 13 et 15h, c’est lui aussi.)
En tous cas elle m’annonce que ce n’est pas pour tout de suite que je vais retrouver l’énergie au top, damned..!
Elle me met des aiguilles plein le dos puis me demande de m’allonger (sur le dos), les aiguilles sont souples et se courbent, mais sur le moment petit flip en m’imaginant fakir sur sa planche!!
Elle me montre un exercice de massage des organes où on agite les mains dans l’espace devant pour une petite danse au-dessus de l’organe choisi et après le bercer doucement (sinon ça donne la nausée!); pareil pour la tête, ça stimules le cerveau, on s’en sert avec les malades d’alzheimer.

& puis à Tulle, impossible de trouver du scotch fluo (comme celui qu’on met au bout des tubas!)

grande journée de samedi, « Rendre le peuple à la culture, & la culture au peuple« , présentation de 60 ans d’archives, soit 12 mètres linéaires, 120 boîtes grises avec chemises et sous-chemises, répertoire numérique, 37S :20190203_163831
projection de quelques documents choisis; dans les bulletins « Ceux que l’école quitte trop tôt », les voyages au Chili et en Hollande.
Capture d’écran 2019-02-10 à 15.02.55— En 62, le musée de Castres prête à PEC Les Caprices de Goya, suite de 80 gravures, qui sera exposée un peu partout et visible pour tous (le bon temps où cela était facilement possible..!)
Capture d’écran 2019-02-10 à 14.58.16
& 2m, soit 25 boîtes d’archives consacrées au massacre du 9 juin 44, avec le travail de Patrick Teyssandier, qui complète le fond de la ville de Tulle et du musée de la résistance.
En (grande) extrapolation du film « La mémoire des vivants », 50 ans après 44, tous les témoignages des participants de PEC en cette journée me font penser à ça : chacun représente un bout d’archive vivante.
En témoigne les paroles sur l’expérience des unipop (universités populaires)
« Avant ils cassaient des noix à la veillée, nous on faisait les unipop »
« Ça m’a permis de discuter d’égal à égal avec tout le monde, quel qu’il soit. »
En 80, grandes années des FRAC et autres institutions instituant l’art contemporain étatique, PEC pense à inviter des artistes en résidence de façon à établir des relations plus proches avec les habitants.
20190211_171755
Capture d’écran 2019-02-12 à 20.00.27
L’ancienne proviseure du lycée agricole de Naves (photo de La Montagne) rend conte (de raconter) de la résidence de Romuald Hazoume avec une jolie parole pour dire l’effervescence que son arrivée a suscité parmi les élèves :
« Est-ce parce qu’il avait une tronçonneuse? » pour faire de grands totems ; et qu’il a initié les élèves au culte vaudou, et à l’art de la récupCapture d’écran 2019-02-11 à 20.14.01

Puis une autre résidence au lycée agricole avec Cyprien (et Madeleine) Tokoudagba, qui ne voulait pas manger à la cantine avec les profs mais avec les élèves, et les 1ers jours jetait ses os de poulet sous la table, comme il se doit.
Sensibilisation direct des élèves à l’art et à la culture.
(je regrette l’absence d’ancien(s) élève(s) présent(s) pour témoigner de cette expérience).

Puis Marc Pataut parle de sa longue résidence fin 90’s – début 2000, après persuasion de la Drac par PEC qu’un vrai projet mené avec les habitants ne peut être express. Ce sera « Sortir la tête, Pays, paroles, images ».

20190211_143926
avec ces questions : comment produire une culture active, produire des formes qui peuvent changer notre vie, ne pas abandonner le rapport éducation, art et politique. Que toute personne qui participe, témoigne, est aussi un acteur de l’exposition.
20190211_172723
Dominique Grador rappelle l’importance de la venue de Marc à Tulle à un moment difficile politique et économique, une grande ouverture pour réespérer, avec la culture qui permet de redonner espoir et fierté,
20190211_144005
20190211_17141520190211_172907
reposer les enjeux et se projeter dans l’avenir. Redonner du sens. Et pour elle personnellement réinvestissement et réengagement.
20190211_144201
& qu’avec PEC, durant toutes ces années, ça avait pas mal remué dans les campagnes.
20190211_17150020190211_172932
20190209_141717

Puis, Apéro-discours (très) variés (le maire fait un peu la grimace) dans les nouveaux locaux, et retour au buffet costaud, avec toutes ces petites mains qui ont préparé du délicieux!

Les documents plus haut proviennent des tables à archives-à-emporter.20190209_094112
fin des rencontres avec un montage de films témoignages de différentes époques, dont 2 qui me permettent de voir Manée crispée au micro avec duffle-coat et cheveux longs, puis 8 ans après grand sourire, cheveux courts et chemise rouge. Le temps file et la frange raccourcit, les lunettes changent, mais l’intime conviction reste aussi vive et irréductible.

dimanche, autre genre d’archive et de trace, communiqué par Jeanne :