atelier d’écriture du jeudi – N° 13

25 février 2021

Atelier 13 – jeudi 25 février

Aujourd’hui, découverte de Ghérasim Luca (Bucarest 1913- Paris 1994), poète d’origine roumaine dont la majeure partie de l’œuvre a été publiée en français, « un nom et un égarement », identité singulière, « hors la loi », poète apatride en perpétuelle transgression du langage poétique.

Il entame une profonde transformation de l’écriture poétique par des mots travaillés dans leur métamorphose incessante, « bégaiements poétiques » qui dissèquent le langage pour mieux démultiplier les sens.
Gilles Deleuze et Félix Guattari ont souligné à quel point son « bégaiement » renouvelle la poésie, en portant le langage aux limites et en taillant « dans sa langue une langue étrangère ». Une manière explosive d’affoler le langage, une « orgie de mots », qui cherche à « prendre corps » (Paralipomènes), une incessante « morphologie de la métamorphose » (titre d’un poème dans Héros-Limite).
L’utilisation des homophonies d’une façon délibérée (non plus seulement celle de la proximité sonore) apparaît à une place particulière car elle se situe comme une sorte de point ultime du travail sur la matérialité signifiante. Avec la mise en scène de ses écrits et le travail de tout le corps que représentait pour lui la lecture publique de ses écrits, la lecture orale fait savoir l’équivoque des mots, elle creuse aussi la rupture entre écrit et oral, puisque le repérage par l’auditeur de l’homophonie intentionnelle peut disparaître. Selon sa formule : « comment s’en sortir sans sortir » et « je m’oralise ».

Parallèlement, les Cubomanies, commencées dès 1945, sont une sorte de collage obtenu en découpant de manière régulière une image donnée en fragments carrés et en recollant aléatoirement les morceaux, selon une conception toute personnelle du hasard objectif. Cette pratique trouve une suite dans la confection de livres-objets, qui combinent texte, typographie, illustrations. Le texte qui accompagne cette activité plastique est construit autour des associations fantasmatiques crées ou suscitées par l’objet. Dans Un loup à travers une loupe, on assiste au passage d’associations fantasmatiques, telles que l’on pouvait les apercevoir chez Breton, à des associations sur le signifiant.
Un moment clé de cette insistance sur la matérialité sonore des mots semble bien être, chez Gherasim Luca, la lecture de Raymond Roussel, auteur prolixe en calembours et jeux de mots.

On pourra ainsi appréhender les différents modes de la poétique de Ghérasim Luca – écriture vocale et partitions graphiques, décompositions sémantiques et recompositions iconologiques, mots incarnés et formes aléatoires, défi au sens et refus de l’absurde –, et saisir en un seul lieu cette œuvre qui forme un bloc contre la rhétorique de la poésie officielle, la sclérose de la langue littéraire et la banalisation de l’image à l’ère de la « reproductivité technique » effrénée de l’œuvre d’art. Un corpus habité par un balbutiement souverain, une très haute tension amoureuse, une langue à la fois concise, drôle, légère, précise, sertie de silence.
(petite compil d’éléments glanés sur différents sites)

Nous allons aujourd’hui travailler à partir de 2 poèmes tirés de ce recueil.

Exemple le plus célèbre de ce « tangage de la langue », le poème PASSIONNEMENT (1947), avec politique, éthique et poétique d’un même souffle loin de toutes les dichotomies habituelles (lyrisme/objectivisme ou intime/public, etc.)

PASSIONNÉMENT

1 — Après la lecture à voix haute de Passionnément, écrivez un texte ayant pour thème un conflit en vous inspirant de Gherasim Luca

Clara :

 

 

David C :

 

 

Sylvain :

 

 

Isabelle :

 

 

David M :

 

 

Marie-Jo :

 

 

Yvette :

 

 

Martine :

 

 

Dominique :

 

 

 

2 — Écrivez un poème ayant pour thème un moment tendre en vous inspirant de Gherasim Luca

Martine :

 

 

David C :

 

 

Yvette :

 

 

Marie-Jo :

 

 

David M :

 

 

Isabelle :

 

 

Clara :

 

 

Dominique :

 

 

Sylvain :

 

3 — Après la lecture à voix haute de La paupière philosophale, écrivez un texte où les mots rebondissent et se métamorphosent « dans les collisions, interférences, papillottements que l’homonymie et l’homophonie produisent entre les mots » (Jankélevitch)

LA PAUPIÈRE PHILOSOPHALE

Marie-Jo :

David C :

Sylvain :

Clara :
Aux confins des décombres
une ombre feint
qu’elle succombe.
Il n’en est rien.

Seul demeure le jour
abat-lourd
poids de ficelle
ailée elle cède.

Latence d’un destin à plat.
Encaqué dans cet apparat
arpente l’émoi
Hé toi !
Hâte-toi
de t’émouvoir.

Molle larve
palabre
pâle et vital
le vide est létal.

Écrasé s’affale
au fond des fêlures
fondent les encablures
persiste l’usure.

Dominique :

& puis, pour finir :