atelier d’écriture du jeudi — N°12

19 février 2021

Atelier 12 – jeudi 18 février
Aujourd’hui, nous allons profiter de la présence de Annie Montaut (Professeur émérite des universités (hindi/linguistique), INALCO) pour découvrir une poète indienne contemporaine qu’elle apprécie, Jacinta Kerketta, à travers 2 poèmes issus de son 2nd recueil (qu’elle est en train de traduire) :

Annie nous explique d’abord qui est Jacinta Kerketta :

Bien peu d´auteurs ont donné voix aux Adivasi (« habitants des premiers temps »), ces communautés anciennement désignées sous le terme de tribus qui, à la différence des Dalits (les « Intouchables »), et parce qu´elles vivaient isolées dans des zones montagneuses inaccessibles, ont longtemps échappé à l´exploitation par les autres castes. jusqu´à la colonisation britannique et le développement des routes. Expulsées de leur habitat convoité pour ses richesses forestières et minières, ces communautés ont pourtant été progressivement réduites à un statut dramatiquement marginal, accentué par la modernisation de l´Inde et plus encore par la globalisation. Les Adivasi ont ainsi rejoint le sous prolétariat urbain, perdant peu à peu leur langue, leur culture et leurs traditions, condamnées à la misère, aux discriminations, à la mise au ban.
Jacinthe Kerketta nous livre une réflexion poétique de première importance dans un contexte de forte prise de conscience écologique.
Elle écrit en hindi, loin de sa langue maternelle, ce qui ne l’empêche pas de garder et de défendre sa culture. Son style est plutôt “brutal”, avec des phrases délibérément nues, sans vocabulaire “poétique”, avec de temps en temps des images vigoureuses, qui vous sautent à la figure.
Est-ce pour ces raisons qu’on la surnomme “la panthère” ?!

    

          
           

 

trad. google de l’anglais

 

 

 

 

1 — A partir de ces traductions de l’hindi, anglaise, allemande, google trad de l’anglais et de l’allemand, et avec des indications et aide d’Annie, faites votre traduction.

Martine :

 

 

Sylvain :

 

 

Dominique :

 

 

David :

 

 

Manée :

 

 

Annie :

 

 

une version cynique

 

 

une version politicienne

 

 

Sylviane :

2 — A partir de toutes les lectures que vous venez d’entendre, faites une libre interprétation de ce poème, dans votre langue à vous (pas obligé d erester en Inde..)

Yvette :

 

 

Sylvain :

 

 

Isabelle :

 

 

Dominique :

 

 

David :

 

 

Manée :

 

 

Martine :

 

 

et enfin, Annie :

 

 

Sylviane :

3 — Un autre poème, qui introduira l’atelier de jeudi prochain :


trad. Google de l’anglais