des impressions

8 avril 2021

Une semaine à Limoges. Avant l’Ensa, c’était l’occasion de passer un (trop court) moment avec Isabelle Braud. On s’est connu il y a… plus de 25 ans..!  Depuis, j’ai vu quelques unes de ses œuvres à l’artothèque et sur le net, mais une visite de l’atelier, c’est incomparable!
Avant l’atelier, retrouver la collectionneuse (qui se sert de sa collec pour travailler, et puis dans une grande maison, ya la place!)

et des pots remarquables, dont les siens au fond à droite

& puis une plante que je ne connaissais pas (comme les vases, Isabelle peint des fleurs et plantes et en a des remarquables!), une variété de Coléus

(je suis repartie avec une bouture, à suivre…)

& à l’atelier, une des dernières peintures qu’Isabelle m’ait montrée, d’après photo, accrochée de traviole (on était pressées, et je lui ai demandé de la laisser comme ça ; pourquoi est-ce qu’on ne “peut” pas accrocher une peinture de travers ?? en quoi ça empêche de bien la regarder ? pourquoi “faut”-il que ce soit centré sur un mur ?)

Une semaine aussi finalement à l’Ibis budget près de la gare (je ne sais pas si le personnel de l’école qui réserve l’hôtel va souvent à l’Ibis budget une semaine durant en temps de pandémie avec couvre feu à 19h…
Avec une petite tablette pour travailler, manger, etc. où tient à peine mon pourtant petit ordi…

De lundi à vendredi, workshop de lithographie (annoncé sérigraphie dans le planning des étudiants…, dont certains doivent être à 3 endroits à la fois..!)
Au départ le projet devait se faire à Ussel, au musée de la litho, et puis, la municipalité et la directrice ont lâché l’affaire pour je ne sais quelle raison (on n’est pas aidé!!)
Je regarde quelques tutos dans ma petite chambre le dimanche soir pour me remettre dans le bain, car la jeune technicienne n’est pas là avant mercredi après-midi, alors va falloir se démerder techniquement seule, et comme j’avais pas prévu ça, j’ai pas pris mon petit cahier technique qui date de… plus de 30 ans, lors d’un stage aux B.A. justement (qui me fut une révélation!) chez Frank Bordas.

Retrouver un atelier de litho aux B.A.(ça fait longtemps que je n’en ai pas fait), commencer par le ranger et l’aménager pour que ce soit viable en petit groupe, car vu qu’il sert peu, ça ressemble plutôt à un débarras..!
Pourtant, même si la presse est un peu fatiguée, y’a du bon matos, dont une ribambelle de gros rouleaux encreurs qui (me) font rêver (ceux en cuir sont au rebut sous la table à grainer…)!

Je vais directo à l’atelier bois pour leur demander de me faire des cales pour tenir le rouleau quand il est encré. Je me rends compte que une des choses et gestes dont j’ai gardé le plus vif souvenir et amour en litho (et imprimerie en général), c’est l’encrage! (et faire sa couleur exactement telle qu’on la souhaite).
En attendant, après une intro et présentation de quelques uns de mes livres en litho (y’a que 3 élèves au début de la matinée, les vrais motivés…), on attaque le sujet :

Donc, recherche graphique, avant de commencer les essais, expérimenter de dessiner à l’envers sur une pierre dure sans poser ses mains dessus, avec des crayons spéciaux ou de l’encre litho, si on peut obtenir des lavis, etc…


Une jeune étudiante chinoise qui dessinait une série de points un peu trop automatiques a découvert le travail de Pierrette Bloch et est revenu de la bibli avec une monographie, dont voici quelques pages :



& quelques partitions de Nicolas Frize :

& comme ce workshop est un peu improvisé me semble-t-il, il n’y a pas de mélange préparé bien dosé acide nitrique/gomme arabique pour préparer les pierres après le dessin… donc je patouille un peu et les 1ères pierres seront sans aucunes subtilités (l’épreuve révélatrice pour dégoûter ou non les étudiants… et me navrer…)

Heureusement, il fait délicieusement beau, et si nous travaillons “dans la cave”, la pause déjeuner est salutaire


A partir de mercredi, Clémentine est là pour doser correctement l’acide (elle en met un paquet sur les pierres, j’ai pas ce souvenir là, mais ça marche !)

et les bons (?) tirages peuvent commencer, avec la “vraie” pierre de travail des 11 étudiants
(en voici des extraits)


 

 

Il y a beaucoup d’étudiants chinois qui participent à ce workshop, et c’est pas toujours facile de se comprendre…

Nous laissons un tableau récapitulatif de toutes les manip pour que les étudiants soient plus autonomes…


A suivre au mois de juin, en principe…