pendant ce temps-là

19 novembre 2020

La mer est passée de 20 à 19° ou 18,5° après un petit coup de mistral, mais en cette saison, c’est une température juste extra (quand on pense juste à aller y faire un tour… en profitant du réchauffement…).
Dialogue avec un paddle-iste (? comment dit-on?) au milieu de l’eau, mer plate et transparente, ciel bleu-soleil :
— C’est extra, hein !
— C’est le paradis !
& chacun reprend son chemin avec extase, dans ou sur l’eau.

Ça me fait penser à une chose, alors qu’il y a pas mal de nageurs tous les jours : faire corps avec l’eau. Beaucoup nagent en force comme s’ils se battaient contre l’eau, spatch splotch à chaque mouvement de crawl pour avancer vite, avec souvent divers accessoire pour se muscler… Rare sont ceux qui nagent “avec” l’eau, en harmonie, et non pas contre.
(Vous aurez compris que “le sport”, c’est pas mon truc..!)
Je pense alors aux indiens ; nager sans faire de bruit, faire corps avec la rivière, inaudible à l’ennemi.
Allez, une petite récréation, en ces temps de guerre au virus :

A Tulle pendant ce temps-là, les travaux commencent (la masse en harmonie avec les murs à casser..!) et le soleil rentre dans l’atelier…

Pendant ce temps-là, les esprits veillent, et Jean-Pierre ne s’est pas encore assis sur ses nouvelles lunettes…

Les années passent, et surpassent plutôt que trépassent…

Pendant ce temps-là, Nelly Kaplan est morte. Écoutez-la d’urgence !

 

Alors, si vous ne l’avez pas vu, regardez La fiancée du pirate !

 

& puis, une analyse ici qui mérite un détour.

Un autre détour indispensable, il s’agit de traduction, du velours pour vos oreilles et votre cervelle !

Pendant ce temps-là, à Meisenthal, la nouvelle boule de Noël du CIAV vient de sortir : Magma
Il y a plein de vidéos passionnantes à découvrir sur leur site, c’est vraiment formidable, qui expliquent entre autre, l’histoire de chacune d’elle.
& puis, Noël , ça me file plutôt les boules, et avec celles-ci, toute l’année c’est OK!!