LOGO-CAVE POESIE20171113_123035 20191123_120422 20180829_142820 (1)

 


atelier d’écriture du jeudi – N° 14

11 mars 2021

Atelier 14 – jeudi 11 mars 2021
Cette année le Printemps des poètes a pour thème le DÉSIR.

Quelle profonde inquiétude, quel désir d’autre chose,
Autre chose qu’un pays, qu’un moment, qu’une vie,
Quel désir, peut-être d’autres états d’âme…

S’exclamait Fernando Pessoa sous le masque d’Álvaro de Campos.

En portugais aussi, le désir nous relie aux étoiles.
Desiderare signifie en latin « cesser de contempler les astres ».
Comme un ciel étincelant d’absences. Une aimantation vitale. Un souhait ancestral, jamais élucidé, jamais rassasié, jamais exaucé.
Entre le pur et l’impur, le désir ne cesse d’osciller. Et c’est bien pourquoi le sujet y a sa part, lui, qui ne cherche qu’à trouver la place de son désir.

Jacques-Alain Miller (psychanalyste)
Le désir ne relève pas de la nature : il tient au langage. C’est un fait de culture, ou plus exactement un effet du symbolique. Le désir n’est concevable que chez les êtres parlants. On peut l’expliquer comme ceci. Dans l’espèce humaine, le petit ne peut seul satisfaire ses besoins les plus élémentaires, il doit en passer par un Autre, majuscule, capable de les satisfaire, et pour ce faire parler son langage, lui adresser une demande. Tout découle de là. Cet appel fait de l’Autre un objet d’amour. Simultanément, la transposition du besoin en demande produit un décalage : c’est là que se loge le désir. Il court sous tout ce qui se dit, y compris dans vos rêves, sans pouvoir être dit en clair. C’est pourquoi il donne matière à interprétation.
Le désir n’est pas coordonné à un objet naturel ou social. Son objet ne se trouve pas dans la réalité commune, mais dans le fantasme individuel. Comme tel, ce n’est pas un objet dont on a besoin, et on ne peut l’obtenir par la demande. C’est plutôt un objet qui, si je puis dire, vous coupe le sifflet.
Le désir n’a pas à proprement parler d’objet. Le désir est défini – c’est une citation – comme « métonymie du manque à être ». […] C’est pourquoi Lacan avait fixé cette image du Saint Jean de Léonard, souvent commentée, le doigt levé vers toujours ailleurs.

1 —

En prenant pour point de départ le poème de René Daumal, et traitant de votre désir de…, faites-moi une liste “qui se mord la queue”…

Clara :

 

 

David :

 

 

Isabelle :

 

 

Sylvain :

 

 

Martine :

 

 

Dominique :

 

 

Marie-Jo :

 

 

Manée :
de la distance et du désir …

Je m’approche
tu me fuis
tu t’approches
je m’éloigne
tout près
trop près
trop longtemps
plus rien
mais trop loin
trop longtemps
plus rien.

 

2 —

En prenant pour modèle le poème de Yannis Ritsos, développez votre texte 1 en poème

Marie-Jo :

 

 

David :

 

 

Clara :

 

 

Martine :

 

 

Dominique :

 

 

Manée :
Désirer ou ne pas désirer

Désirer pour s’accrocher aux étoiles,
escalader l’impossible,
Ne pas désirer pour ne pas s’accrocher
ne pas s’arrimer,
Désirer pour sentir le sang battre dans
ses tempes et partout
Désirer pour embrasser le monde
et les êtres et les arbres
les pierres et les fleurs
les libellules au dessus de l’eau,
Ne pas désirer pour essayer
le goût de la mort
et du renoncement,
Désirer, désirer
tant qu’il est temps,
narguer la bonne distance…

 

3 —

à partir du poème de Florentine Rey et de la citation de Fernando Pessoa, faites un petit texte en 6 développements qui se suivent et s’enchainent

Sylvain :

 

 

Marie-Jo :

 

 

Isabelle :

 

 

David :

 

 

Dominique :

 

 

Clara :

 

 

Manée :
L’histoire a commencé
par un fracas solitaire
une odeur âpre d’enfance mouillée

Des chemins indécis
qui ramenaient toujours
aux mêmes portes

Des parcelles de seigles bleus
et des lointains fuyants

L’histoire a commencé
par des départs- retours
des allées de hêtres

Des vents qui portaient l’ailleurs
et l’absence de la mer

Des lignes Maginot
et le pas suspendu de la cigogne.

 

4 —

à partir de la présentation en haut de page, Saint Jean-Baptiste (tableau de Leonard de Vinci) vous nargue, le désir vous renvoie aux étoiles, ça vous coupe le sifflet…
& votre désir…, dans tout ça ?
En suivant le modèle du poème de Charles Juliet

Martine :

 

 

Marie-Jo :

Aimer pour répondre à mon égo insatisfait
Aimer pour verbaliser mes sentiments apprendre à les domestiquer
Aimer pour ne pas être seule
Aimer pour oublier qu’on ne m’a pas toujours aimée
Aimer pour vivre mieux dans un monde meilleur
Aimer pour remercier la vie
Aimer pour conquérir l’inattendu l’inespéré
Aimer pour vivre mes rêves
Aimer pour tuer les croyances et les liens qui nous entravent
Aimer les différences, mes peurs les planètes inconnues, mes ennemis.
Aimer pour rompre les chaines qui nous emprisonnent
Aimer pour quitter ma vie étriquée
Aimer pour me sentir aimée
Aimer pour découvrir un corps, pour le rejoindre dans l’intemporel, pour découvrir son moi intime et peut être ainsi pour construire un nous sans borne.
Aimer pour oublier que je ne m’aime pas.
Aimer pour ne pas sombrer
Aimer pour ne pas mourir.

Clara :

Croire pour briller

Croire pour se découvrir.
Croire pour se définir.
Croire pour être sincère.

Croire pour avoir confiance, en soi, en l’autre, en l’avenir.
Croire pour avoir un but.
Croire pour garder le cap.

Croire pour imaginer, parcourir, explorer sans privation.
Croire pour comprendre mieux
Et mieux écouter l’autre.
Croire pour aider.

Croire pour approcher l’espoir,
Pour accrocher la joie.
Croire pour garder dans la vie
Une forme de gratitude.

Croire pour s’autoriser l’insouciance.
Croire pour s’autoriser le doute.
Croire pour accepter la solitude et le repos.

Croire pour être toujours plus déterminée et audacieuse.
Croire pour vibrer.
Croire pour danser.
Croire pour s’émouvoir.

Croire pour s’essayer au vertige du risque.
Croire pour se donner le droit d’être autre, inconnue ou différente.
Croire pour se réinventer.
Croire pour apprendre à être égoïste.

Croire pour pardonner à la folie humaine
Et aux passions déchirantes.
Croire pour apprivoiser et pour compatir.
Croire pour pallier à l’absurdité.

Croire avec ivresse.
Croire sans raison.
Croire pour se nourrir de la rencontre
Et ne plus craindre l’abnégation.

Croire pour avancer.
Croire pour s’investir.
Croire pour soulever des questions
Et en accueillir les réponses.

Croire pour tenir face au drame.
Croire pour lutter dans la sororité.
Croire pour construire des jours meilleurs.

Croire pour secourir son corps
Comme un ami, un refuge, un phare dans l’errance.

Croire pour se sentir forte et vivante.
Croire pour briser les carcans
Qui obstruent nos en-dedans.
Croire pour être libre
Et lumineuse.

Sylvain :

Manée :
Un tas de folies
une odeur de folie
des couleurs de folies
disons peut être
deux cents à trois cents
brins de folies
des folies seule
ou à deux ou trois
ou beaucoup plus
des folies ordinaires
extraordinaires
permises
interdites
une folie particulière
des folies dangereuses
des folies superbes
deux folies jumelles
des folies connues
et d’autres pas du tout
des petites folies
et des grandes
des folies brèves
et d’autres interminables
des folies à vie…

Isabelle :
Partir sans faire de bruit
Partir pour un autre monde
Partir pour une autre planète
Partir pour ne pas souffrir de l’absence de l’autre Partir pour découvrir d’autres pays
Partir sans laisser de traces
Partir sans laisser d’adresse
Partir dans le vague à l’âme
Partir pour se chercher se retrouver
Partir à la recherche du temps perdu
Partir sans états d’âme
Partir en vélo,moto, bateau ,dos de chameau Partir……….

Dominique : Envie d’ailleurs
 Ailleurs, là où tout paraît plus beau
Ailleurs,là où tout semble possible
Ailleurs, là où on peut tout oublier
Ailleurs, là où tout reste à construire
Ailleurs, là où quelqu’un m’attend peut-être
Ailleurs, lieu de toutes les rencontres
Ailleurs pour marcher, pour contempler, ouvrir enfin les yeux,
Ailleurs pour plonger, se perdre, se retrouver
Ailleurs pour savourer et s’enivrer d’alcool,de parfums et d’ambiances
Ailleurs, pour sentir, ressentir, partager, laisser aller et venir les sentiments comme des vagues…
Les vagues du désir
Désir d’ailleurs ici.

 


Toulouse – Tulle – Le Havre

9 mars 2021

Des choses restées dans l’ordinateur faute de temps, les voilà, avec du retard !

Cette années, en février, pour la poésie affichée en ville, il y avait les affiches de Pierre Soletti, avec la Cave Poésie ; en voilà 3, il y en avait d’autres, disséminées dans Toulouse

Avec David Molteau de l’artothèque, nous avons commencé à Pec, depuis février, un atelier français/arts plastiques le mercredi après-midi, avec des participants de tous âges (un jeune garçon, des jeunes adultes, des adultes) qui sont au Secours Populaire.
Ces séances passées, nous avançons sur la constitution d’une boite à mots et à images, en procédant alphabétiquement ; chacun cherche une liste de mots, noms, verbes, puis en sélectionne 2 en expliquant pourquoi et les illustre.
Nous apprenons des mots, leur orthographe parfois compliqué, et nous rigolons bien en essayant de deviner par le dessin les mots représentés par les autres…

Par exemple, 3 mots qui commencent par B. Vous trouvez ? C’est facile !

Pour la lettre J, il y a le juge, mais aussi la J—————

 

 

 

 

 

 

et 3 représentations du J—————
 
En M, monter à la montagne…

et un dessin qui donne envie de suivre la prescription…

Nous poursuivons nos 26 lettres, avec l’aide de l’I——————————….

& puis, si vous habitez au Havre ou pas très loin, allez voir cette exposition de Dominique Dureau ! je rage d’habiter trop loin!


vague à l’âme

2 mars 2021

Coup de téléphone de Yann, pour une page du programme de la Cave Po, à Toulouse ;

allez, on adapte l’affiche en typo, que j’ai collé vendredi sur la vitrine du Lieu/lien qu’on vient de vider-quitter
(sauf la vitrine, au moins, on n’a pas tout perdu!!)

Avec leur charte Pantone (et heureusement que j’avais traité les vagues à Marseille sur l’ordi à partir de l’impression typo!), et en cherchant désespérément une typo qui ressemble à une typo bois qu’on a à l’atelier et que j’avais failli utiliser…
Version numérique, c’est bien aussi !!
(mon affichage des couleurs laisse à désirer..)

Du coup, dans l’élan :

Avant de refaire la vitrine du L/L avec Jean-Pierre Larroche, de passage:

& du coup le soir, de reprendre le fichier numérique, pour une nouvelle affiche (avec les couleurs de la Cave Po pour l’essai, on verra après à Marseille avec Christine…)

et pour dormir, une autre façon de compter les moutons…


atelier d’écriture du jeudi – N° 13

25 février 2021

Atelier 13 – jeudi 25 février

Aujourd’hui, découverte de Ghérasim Luca (Bucarest 1913- Paris 1994), poète d’origine roumaine dont la majeure partie de l’œuvre a été publiée en français, « un nom et un égarement », identité singulière, « hors la loi », poète apatride en perpétuelle transgression du langage poétique.

Il entame une profonde transformation de l’écriture poétique par des mots travaillés dans leur métamorphose incessante, « bégaiements poétiques » qui dissèquent le langage pour mieux démultiplier les sens.
Gilles Deleuze et Félix Guattari ont souligné à quel point son « bégaiement » renouvelle la poésie, en portant le langage aux limites et en taillant « dans sa langue une langue étrangère ». Une manière explosive d’affoler le langage, une « orgie de mots », qui cherche à « prendre corps » (Paralipomènes), une incessante « morphologie de la métamorphose » (titre d’un poème dans Héros-Limite).
L’utilisation des homophonies d’une façon délibérée (non plus seulement celle de la proximité sonore) apparaît à une place particulière car elle se situe comme une sorte de point ultime du travail sur la matérialité signifiante. Avec la mise en scène de ses écrits et le travail de tout le corps que représentait pour lui la lecture publique de ses écrits, la lecture orale fait savoir l’équivoque des mots, elle creuse aussi la rupture entre écrit et oral, puisque le repérage par l’auditeur de l’homophonie intentionnelle peut disparaître. Selon sa formule : « comment s’en sortir sans sortir » et « je m’oralise ».

Parallèlement, les Cubomanies, commencées dès 1945, sont une sorte de collage obtenu en découpant de manière régulière une image donnée en fragments carrés et en recollant aléatoirement les morceaux, selon une conception toute personnelle du hasard objectif. Cette pratique trouve une suite dans la confection de livres-objets, qui combinent texte, typographie, illustrations. Le texte qui accompagne cette activité plastique est construit autour des associations fantasmatiques crées ou suscitées par l’objet. Dans Un loup à travers une loupe, on assiste au passage d’associations fantasmatiques, telles que l’on pouvait les apercevoir chez Breton, à des associations sur le signifiant.
Un moment clé de cette insistance sur la matérialité sonore des mots semble bien être, chez Gherasim Luca, la lecture de Raymond Roussel, auteur prolixe en calembours et jeux de mots.

On pourra ainsi appréhender les différents modes de la poétique de Ghérasim Luca – écriture vocale et partitions graphiques, décompositions sémantiques et recompositions iconologiques, mots incarnés et formes aléatoires, défi au sens et refus de l’absurde –, et saisir en un seul lieu cette œuvre qui forme un bloc contre la rhétorique de la poésie officielle, la sclérose de la langue littéraire et la banalisation de l’image à l’ère de la « reproductivité technique » effrénée de l’œuvre d’art. Un corpus habité par un balbutiement souverain, une très haute tension amoureuse, une langue à la fois concise, drôle, légère, précise, sertie de silence.
(petite compil d’éléments glanés sur différents sites)

Nous allons aujourd’hui travailler à partir de 2 poèmes tirés de ce recueil.

Exemple le plus célèbre de ce « tangage de la langue », le poème PASSIONNEMENT (1947), avec politique, éthique et poétique d’un même souffle loin de toutes les dichotomies habituelles (lyrisme/objectivisme ou intime/public, etc.)

PASSIONNÉMENT

1 — Après la lecture à voix haute de Passionnément, écrivez un texte ayant pour thème un conflit en vous inspirant de Gherasim Luca

Clara :

 

 

David C :

 

 

Sylvain :

 

 

Isabelle :

 

 

David M :

 

 

Marie-Jo :

 

 

Yvette :

 

 

Martine :

 

 

Dominique :

 

 

 

2 — Écrivez un poème ayant pour thème un moment tendre en vous inspirant de Gherasim Luca

Martine :

 

 

David C :

 

 

Yvette :

 

 

Marie-Jo :

 

 

David M :

 

 

Isabelle :

 

 

Clara :

 

 

Dominique :

 

 

Sylvain :

 

3 — Après la lecture à voix haute de La paupière philosophale, écrivez un texte où les mots rebondissent et se métamorphosent « dans les collisions, interférences, papillottements que l’homonymie et l’homophonie produisent entre les mots » (Jankélevitch)

LA PAUPIÈRE PHILOSOPHALE

Marie-Jo :

David C :

Sylvain :

Clara :
Aux confins des décombres
une ombre feint
qu’elle succombe.
Il n’en est rien.

Seul demeure le jour
abat-lourd
poids de ficelle
ailée elle cède.

Latence d’un destin à plat.
Encaqué dans cet apparat
arpente l’émoi
Hé toi !
Hâte-toi
de t’émouvoir.

Molle larve
palabre
pâle et vital
le vide est létal.

Écrasé s’affale
au fond des fêlures
fondent les encablures
persiste l’usure.

Dominique :

& puis, pour finir :


atelier d’écriture du jeudi — N°12

19 février 2021

Atelier 12 – jeudi 18 février
Aujourd’hui, nous allons profiter de la présence de Annie Montaut (Professeur émérite des universités (hindi/linguistique), INALCO) pour découvrir une poète indienne contemporaine qu’elle apprécie, Jacinta Kerketta, à travers 2 poèmes issus de son 2nd recueil (qu’elle est en train de traduire) :

Annie nous explique d’abord qui est Jacinta Kerketta :

Bien peu d´auteurs ont donné voix aux Adivasi (« habitants des premiers temps »), ces communautés anciennement désignées sous le terme de tribus qui, à la différence des Dalits (les « Intouchables »), et parce qu´elles vivaient isolées dans des zones montagneuses inaccessibles, ont longtemps échappé à l´exploitation par les autres castes. jusqu´à la colonisation britannique et le développement des routes. Expulsées de leur habitat convoité pour ses richesses forestières et minières, ces communautés ont pourtant été progressivement réduites à un statut dramatiquement marginal, accentué par la modernisation de l´Inde et plus encore par la globalisation. Les Adivasi ont ainsi rejoint le sous prolétariat urbain, perdant peu à peu leur langue, leur culture et leurs traditions, condamnées à la misère, aux discriminations, à la mise au ban.
Jacinthe Kerketta nous livre une réflexion poétique de première importance dans un contexte de forte prise de conscience écologique.
Elle écrit en hindi, loin de sa langue maternelle, ce qui ne l’empêche pas de garder et de défendre sa culture. Son style est plutôt “brutal”, avec des phrases délibérément nues, sans vocabulaire “poétique”, avec de temps en temps des images vigoureuses, qui vous sautent à la figure.
Est-ce pour ces raisons qu’on la surnomme “la panthère” ?!

    

          
           

 

trad. google de l’anglais

 

 

 

 

1 — A partir de ces traductions de l’hindi, anglaise, allemande, google trad de l’anglais et de l’allemand, et avec des indications et aide d’Annie, faites votre traduction.

Martine :

 

 

Sylvain :

 

 

Dominique :

 

 

David :

 

 

Manée :

 

 

Annie :

 

 

une version cynique

 

 

une version politicienne

 

 

Sylviane :

2 — A partir de toutes les lectures que vous venez d’entendre, faites une libre interprétation de ce poème, dans votre langue à vous (pas obligé d erester en Inde..)

Yvette :

 

 

Sylvain :

 

 

Isabelle :

 

 

Dominique :

 

 

David :

 

 

Manée :

 

 

Martine :

 

 

et enfin, Annie :

 

 

Sylviane :

3 — Un autre poème, qui introduira l’atelier de jeudi prochain :


trad. Google de l’anglais

 


dites-le avec…

13 février 2021

Hier, c’était le 12

On a mangé Chinois, pour inaugurer l’année du Buffle, avec un fortune cookie au dessert ;
bon, le message est rassurant, faut juste ouvrir les yeux

Comme en regardant le livre de Christine, du tampographe Sardon


Avant d’imprimer l’affiche de la semaine, élaborée après le dessert :

Aujourd’hui le 13, un peu de ménage dans les images :
Faut que je réponde au petit mot de Julie

& puis, cette histoire que j’avais capturée

en me disant que ce serait pas mal comme base pour un atelier d’écriture ;
ce conseil d’Eric Pessan aussi :

& au courrier ce matin justement, ce livre d’Eric :

je me demandais pourquoi son éditeur me l’avait envoyé, avant de lire ça :

Justement, la semaine prochaine, je prête ma maison à Nadir, qui se retrouve sans domicile avec l’impossibilité actuelle de partir en Asie…

Il m’a offert cette soupière-légumière issue de son déménagement (et de sa famille), pour me remercier, et ce beau cadeau inattendu me fait vraiment très plaisir (et me donne envie de mettre les mains dans la terre!)

Utiliser des bandes de décor, des tampons, des découpages….
Comme Tony Durand et des images (capturées sur instagram au compte fabriquedessignes) d’un atelier qu’il vient de faire
(ce qui nous donne aussi d’autres idées pour ceux qu’on va faire bientôt…!)
Au courrier aussi, le programme et cartes de la Cave Po

Avec tout au long de ce we, les 10 ans de Love me tender

(et je suis bien contente de voir que cette tranche de mortadelle vit toujours!)

Enfin, Yves Pagès


atelier d’écriture du jeudi — n° 11

11 février 2021

En ce moment, le ciel varie…
Corinne m’a envoyé hier une photo prise de sa fenêtre, à côté de St Brieuc

tandis que je me faisais une escapade de l’atelier pour 3 h de vacances,

en allant pique-niquer avec Christine sur l’île du Frioul à Marseille…

Ce qui m’a donné l’idée de l’atelier d’aujourd’hui !

Atelier 11 – jeudi 11 février
Après avoir fait 2 ateliers avec traduction à partir de la langue allemande, cette fois, abordons une nouvelle langue paralloïdre, avec André Martel

Un peu de documentation tout d’abord, avec la définition de Wikipedia :

& un extrait d’un texte de Jean Dubuffet :

& une analyse tirée du numéro 10-11-12 de la revue Cheval d’attaque, sur André Martel :

& voici des poèmes d’André Martel, tiré de Le mirivis des naturgies (édité par le collège de pataphysique, calligraphié et illustré avec des lithographies de Jean Dubuffet)

1 ­— traduisez le poème Mar en tenant compte de l'”ampleur” de la langue paralloïdre

David :

Yvette :

 

 

Marie-Jo :

Martine :

 

 

Dominique :

 

 

Sylvie :
La mer danse devant moi
la mer me laisse l’apercevoir et me donne la chance de la regarder
je transpire, la mer me met en transe

Tragique, tragédie maritime
aux quatre coins de la mer
tout au fond de la mer !

La marée m’éloigne
la mer m’empoigne
pour que je la rejoigne !

Reflet de lune dans la mer
Soleil sur la mer
étoile de mer !

Oh maman ma mer
la mer me brise
j’en ai marre

Sylviane :

2 ­— Décrivez-moi la Corrèze (qui traverse Tulle) en ce moment en un poème en langue paralloïdre


Dominique :

 

 

Sylvie :

Yvette :

 

 

Marie-Jo :

Martine :

 

 

Sylviane :

David :

3 — Décrivez-moi un étang Corrèzien en un poème en langue paralloïdre

Dominique :

Sylvie :
la calmation
la planaison
s’étanger
En me promenadant…
pas d’inspirement…

Sylviane :

4 ­— A partir du poème Le troudoublis, et vous, que jetteriez vous dans le troudoublis ? (en langue paralloïdre)

David :

Martine :

 

 

Marie-Jo :

Dominique :

 

 

Yvette :

 

 

Sylvie :

Sylviane :

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
& puis, restons à Tulle, avec cette photo issue d’un livre du tampographe Sardon :


besoin de beau

4 février 2021


Je suis rentrée après 15 jours tullistes bien remplis.
Parmi mes résolutions 21, il y avait de poster des images régulièrement sur instagram,
mais hormis cette chose tout de même laborieuse, on peut y faire de belles découvertes, comme cette médiévale bataille de boules de neige (1390 – 1400)


On peut consulter le Tacuinum sanitatis d’Ibn Butlân , ne vous en privez pas, les illustrations sont merveilleuses

& puis, alors, en voici encore
 
Ça console du grand dépit du moment, la virée au centre d’art verrier de Meisenthal est foirée à cause de ce putain de covid…
Alors quelques pages, tirées du livre prêté par Sylvie :


Toujours parmi les images de Gallica, un appareil photo pour pigeon. Tandis qu’à la maison, un pigeon mort m’attendait, c’est mon voisin qui peut pas les voir en peinture et qui sort son fusil quand il est dans un état de décomposition avancée (le voisin) (mais qui sait toujours regarder dans le viseur…)

On doit bien avoir inventé le pigeon armé, si un jour la vengeance leur venait aux plumes…

En attendant, le ciel dégringole sur la Corrèze
(encore un dessin instagramé capturé)

et une photo de Stéphane Goin

Le ciel de ciment, ça n’est pas une expression habituelle, et pourtant…
Alors justement, voilà du ciel non bouché, et la découverte d’une illustratrice Deborah Marcero, avec The Boy Whose Head Was Filled with Stars: a life of Edwin Hubble (qui a découvert d’autres galaxies en dehors de la voir lactée)
Donc Edwin enfant sous les étoiles….

Une autre illustration de Deborah Marcero, en attendant impatiemment le printemps…

Ou du mimosa pour avoir du soleil dans les yeux et le nez… Ou attendre le coucher du soleil qui certains soirs jette des couleurs hallucinantes

Ou une lumière qui rend la mer turquoise (j’apprécie la vue à mon arrêt de bus..!)
& en restant au bord de l’eau, aujourd’hui à l’atelier, on a parlé des livres de Dominique Darbois chez Nathan, que Christine ne connaissait pas, et où je lui disais que ça faisait partie de mes lectures d’enfance “gravées” (voir aussi ici)

& toujours sur instagram, les photos de mer et ciels de Laurent Le Forban, avec celle-ci lors d’une tempête récente, une magnifique mer de peinture !!

Ça me fait penser à beaucoup moins bien :
Mohamed (qui a traversé la méditerranée en zodiac…) a des problèmes avec l’administration française qui exige un CDI pour sa régularisation, mais pas dans n’importe quel secteur..! (parce qu’il en avait trouvé un!) (faut croire que ce serait trop facile de trouver du boulot ? et faut pas manger le pain des français inscrits à pôle emploi! Heurk!)


ça me fait penser à d’autres situations semblables (sauf que Mohamed est adulte..) où y’a toujours un truc qui va pas

Boucherie ou boulangerie…

La seule solution, le grand buzz ?


Alors qu’on a grandi avec Agossou, et les enfants du monde…

Dans un autre genre, lisez le livre de Nathalie Quintane

où je relevais ce paragraphe que j’envoyais à Laurent, avec qui on a des discussions récurrentes sur la dictature française de l’orthographe
(il est rigide quant au sujet, est-ce parce qu’il est fils de profs ?)


Voilà des pas cons, pour finir avec du velours dans les oreilles et la tête dans les étoiles, et merci Rodolphe Burger!!
(Le lien pour l’intégration ne fonctionne pas, alors, il est )

allez jusqu’au bout, la reprise finale est vraiment extra!!

& une belle illustration en papiers découpés pour écouter la radio

Allez, il est tard, il est temps de dormir !


réponses

30 janvier 2021

Dans le journal de PEC de janvier,
il y avait cette page à écire, dessiner
et nous renvoyer ;

pour l’instant, nous n’avons reçu que 2 réponses,
mais elles sont très belles !



Même avec une écriture hésitante quand tenir un stylo est un peu difficile, le message n’en est que plus fort

Merci de tout cœur


RR & SZ

28 janvier 2021

Toujours pour la quinzaine franco-allemande :

Pour cette lecture, nous nous partageons le travail avec Iris Bugl :
Elle lit Le monde d’hier de Stefan Zweig, et sélectionne des extraits,
alors que moi je lis l’abondante correspondance Romain Rolland/ Stefan Zweig,
Avant que nous nous retrouvions montre en main pour construire 30 mn de lecture pour des lycéen.ne.s de 2nde et 1ère entre autre de la section Abibac du lycée Perier de Tulle.
(Les sections Abibac permettent aux élèves français et allemands de préparer à la fois le baccalauréat et la Allgemeine Hochschulreife allemande (Abitur) à partir de la classe de seconde de la voie générale en France et de la Gymnasiale Oberstufe en Allemagne)



C’était un gros boulot, mais nous sommes contentes.
Moi, parce que j’y allais à reculons (travailler sur Romain Rolland, a priori ne m’excitait pas, j’aurais préféré une voix plus “moderne”, d’autant qu’il y a l’expo de Raoul Hausmann en ce moment au CDI), et faire ce travail, même si le temps nous pressait un peu trop eu égard des 2 énormes tomes de leur correspondance à lire, a été passionnant. C’était aussi l’occasion de travailler ensemble avec Iris, et c’était efficace autant qu’agréable. Iris, elle, a “redécouvert” Zweig.
Enfin, nous avons apprécié la langue française de Zweig, avec des tournures de phrases relevant de la langue allemande (parfois, pour certains de ces propos, ou sa façon de s’adresse à RR, il me semblait entendre en écho la voix d’Iris!)

Voilà le montage RR à SZ lycée que nous avons fait pour les lycéen.ne.s à partir de ces nombreuses lettres.
Les propos des 2 écrivains ont de nombreux échos avec aujourd’hui.

& puis, quelques “notes” relevées, en dehors de notre sujet circonscrit…

& puis, après la 2nde guerre mondiale, un peu de radis japonais, variété Read Meat, aussi bon que beau !

& puis, un général tiré d’un recueil de 12 poèmes de Günter Grass avec 7 dessins  Enrico Baj
(Zweig a été plusieurs fois en Italie au temps de Mussolini, il lui a même écrit – avec répulsion – pour qu’il gracie un prisonnier politique, ce qui a été fait)

& en cherchant une autre image de général de Baj, j’ai découvert ce livre “cubiste” que je ne connaissais pas..!


atelier d’écriture du jeudi qui a lieu le mardi – n° 10

26 janvier 2021

Atelier 10 – mardi 26 janvier

Dans le cadre de la quinzaine franco-allemande, aujourd’hui, nous faisons un atelier de traduction avec un poème de Georg Trakl (Autrichien 1887-1914)

Voilà un poème de Trakl en Allemand.

Même si vous ne connaissez pas la langue, faites-en une traduction.
Pour vous aider, la traduction obtenue avec Google, dont il ne faut pas se fier…


Par contre, nous avons avec nous Iris Bugl, qui est allemande, et qui aime la poésie de Trakl. Nous pouvons lui poser toutes les questions nécessaires (vocabulaire, construction de la phrase, sens possibles, idées suggérées, rendu poétique…) pour nous aider à traduire le poème.

Manée :
Errer dans le vent noir qui chuchote au creux des roseaux
dans le silence de la lande
Dans le ciel gris un vol d’oiseaux suit
Traverser des eaux sinistres

Révolte. Dans une cabane d’un autre temps
l’odeur de tourbe s’élève avec des ailes noires
Des bouleaux malingres soupirent dans le vent

Le soir dans une taverne abandonnée
Enveloppé par le chemin du retour
et le douce mélancolie des troupeaux de pâturage
Quand la nuit vient, les crapauds émergent des eaux argentées

Dominique :

Martine :
Le vagabond dans la noirceur du vent
Le roseau sec murmure doucement dans la lande
Dans le ciel nuageux
Un vol d’oiseaux sauvages font leur migration

Révolte, dans une cabane délabrée
Une odeur de putréfaction flotte dans l air
Des bouleaux n’osent plus bouger

La nuit venue dans une taverne abandonnée
Sur le sentier du retour
Des troupeaux broutent dans une ambiance paisible
La nuit vient : des crapauds émergent des eaux argentées

David :

Après la lecture des différentes  traductions des participant.e.s à l’atelier, peaufiner votre traduction

Dominique :

David :

Manée :
Errer dans le vent noir qui chuchote au creux des roseaux
dans le silence de la lande
Dans le ciel gris un des oiseaux sauvages survolent de sinistres eaux

Dans une cabane d’un autre temps
l’odeur de tourbe s’élève avec des ailes noires
Des bouleaux tortueux font se plaindre le vent

Le soir dans une taverne abandonnée. Puis sur le chemin du retour,
enveloppé par la douce mélancolie des troupeaux de pâturage.
Quand la nuit vient, le chant des carpeaux monte des eaux argentées

Marie-Jo :

& puis, voici 4 traductions françaises différentes du même poème. Comparez, apprécier les différentes versions, et celles que nous venons de faire à l’atelier :

faites une “traduction” qui soit plus une interprétation personnelle, avec un vocabulaire plus actuel, en gardant le sens et l’esprit poétique du poème.

Dominique :

Martine :
Un vagabond marche malgré un vent puissant
Le roseau chante doucement dans la tourbière
Dans le ciel nuageux
Passe un vol d’oiseaux sauvages

Tumulte, dans une cabane délabrée
Il monte une odeur de puanteur
Des bouleaux gémissent dans le vent

La nuit tombe, dans une auberge abandonnée
Des troupeaux pâturent tranquillement
Des crapauds commencent leurs doux chants sortis des profondeurs de leur marre

David :

Manée :
Errer dans le vent froid et les craquements des roseaux secs
Dans le ciel gris un vol d’oiseaux migrateurs au dessus des eaux sombres

Dans une cabane abandonnée monte l’odeur âcre de la tourbe
Des bouleaux squelettiques font hurler le vent

Le soir dans un refuge improvisé
Sur le chemin du retour la douce image des vaches qui semblent méditer
Quand la nuit vient commence le chant des crapauds

Marie-Jo :

une libre interprétation :

Dominique :

Martine :
Un voyageur marche dans le marais
le calme règne
on entend au loin le doux murmure des roseaux
le ciel est menaçant
au-dessus de sa tête passe un vol d’oiseaux
près d’une cabane abandonnée une odeur de pourriture flotte dans l’air
des bouleaux tortueux font entendre leurs frémissements
quand la nuit tombe
des troupeaux se reposent
des crapauds dans leur marre
commencent leurs chants
dans le calme de cette belle nuit
troublée par le silence apparent

David :

Marie-Jo :

Manée :
Marcher dans la lande
les couleurs de la lande
les odeurs de la lande
la lande sauvage, solitaire
et le bruit des ruisseaux
des arbres et des bêtes qui parlent
ou rester près du feu
dans la maison chaude
près du chat qui ronronne
à lire vaguement
des poèmes de Trakl


atelier d’écriture du jeudi – n° 9

23 janvier 2021

Atelier 9 – jeudi 21
Dans le cadre de la quinzaine franco-allemande, aujourd’hui :

1 — “Retraduire” à votre façon ce poème de Volker Braun

Dominique :

 

 

Manée :

 

 

Marie-jo :

 

 

Martine :

 

 

Yvette :

 

 

2 — Faites une “Réponse” à Bertolt Brecht

Marie-jo :

 

 

Yvette :

 

 

Manée :

 

 

Dominique :

 

 

martine :

 

 

3 — Faites un “texte aux oiseaux”, en pensant au monde (pas à Saint François…)

Manée :

 

 

Dominique :

 

 

Martine :

 

 

Yvette :

 

 

Marie-jo :

 

 


4 — un texte à partir de tout ce que vous avez écrit aujourd’hui, et entendu des textes de vos camarades

Dominique :

 

 

Yvette :

 

 

Marie-Jo :

 

 

Martine :

 

 

Manée :

 

 

 

5 — Pauvre B.B., et pauvre vous…
Une complainte-balade sous la forme de quatrains (sans rimes ni pieds)

Pauvre Y. B.

 

 

Pauvre M.-J. V.

 

 

Pauvre M.T.

 

 

Pauvre M.T. (une autre)

 

 

Pauvre D.M.

 

 


ça change de la sinistrose

23 janvier 2021

  Comme la vieille dame ne répond pas au téléphone un dimanche près de midi, sa fille, qui habite à côté, s’inquiète et téléphone à ses frères. Panique familiale, allô les pompiers.
Qui rentrent dans la maison pour la découvrir endormie, qui se réveille en leur demandant en les voyant : “C’est pour le calendrier ?”

  Un mail de Christine T. qui m’a filé du baume au cœur :

cette semaine, direction la médiathèque d’Argentat-sur-Dordogne pour voir l’expo Jardins secrets de Pascale Guérin (visible jusqu’au 6 février)

Pascale nous a fait une visite commentée. Nous l’avons enregistrée, le son est très mauvais avec l’acoustique de la salle (et la lumière pas terrible pour les photos, et l’accrochage vraiment beau dans cette salle difficile — les archi des médiathèques pensent-ils aux artistes qui exposeront ? la réponse est non la plupart du temps..!!!)
Voici quelques boites, à vous de les regarder, interpréter, deviner… quelques indices pour vous mettre la puce à l’oreille..!


En Transylvanie…

Une voyageuse contemplant une mer de nuages…


Et au centre de la pièce, une pièce absolument superbe

& une vitrine avec des documents importants pour le travail de Pascale

& les livres qu’on peut regarder pour mieux apprécier les références suggérées dans les boîtes et les dessins
Si vous habitez dans le coin, voilà de quoi vous illuminez la journée, d’autant qu’à la patisserie non loin de là, il y a le meilleur kouglof du monde (et le panetone également!) — une motivation supplémentaire si la pluie vous fait hésiter !!

justement, Sylviane nous a envoyé son affiche :

 


colère

17 janvier 2021

Les occasions d’être en colère ne manquent pas…

Ce matin, je faisais la queue distancée à la poste pour aller chercher un colis : un livre d’occasion ; L’abc de la guerre de Bertolt Brecht.
Devant, après une longue attente, un monsieur l’air pas fier et le nez rouge un peu veiné tend sa carte de compte au guichet, à travers la petite ouverture du plexiglas protecteur, souhaite une bonne année à la postière et demande 8 euros…
Le responsable (?), un jeune mec propre sur lui qui servait une dame à côté, dit à la postière qu’il faut sa carte d’identité. Le monsieur ne l’a pas, il l’a perdu. La postière est embarrassée. Est-ce qu’il a une attestation de perte du commissariat ? Non, il n’y a pas été, se lance dans une petite explication. Elle dit, attendez, je vais voir. Les employés vont dans la petite pièce à côté et ferme la porte pour délibérer plus surement. Ils ressortent. La postière dit au monsieur qu’elle ne peut rien faire, il faudrait qu’il aille à la police déclarer la perte de sa carte. Il balbutie un peu, semble harassé, repart la queue entre les jambes sans rien dire.
J’ai envie de gueuler très fort, mais lui ne l’a pas fait. Dire au blanc bec que s’il a un boulot bien au chaud, s’il n’a jamais eu faim dans la vie ou n’appartient pas à l’espèce des loosers, c’est aussi grâce aux centimes de ce monsieur qui vient de recevoir son verdict négatif d’employé-machine, que c’est pas son fric, faudrait pas qu’il l’oublie, le monsieur lui a confié, et bonjour la confiance… Je peux juste tendre discrètement 10 euros au monsieur quand il repart, c’est tout ce que je peux faire pour lui. & repartir peu après avec mon abc de la guerre, en fulminant.



• Je ne connaissais pas


• & puis, c’est l’occasion de penser à Frans Masereel (écoutez l’émission de la rtbf)


Debout les morts (en 17)

• & je n’avais jamais lu “Au-dessus de la mêlée” de Romain Rolland (ni rien de Romain Rolland, d’ailleurs)
sinon, je l’ai trouvé en pdf sur ce site qui a des archives formidables : https://archivesautonomies.org/

• & puis cette gravure, sur le mur chez Sylvie :

• Car dans les semaines qui viennent, à PEC :


(Hausmann a passé les dernières années de sa vie à Limoges)

• Passons à une autre découverte du we : la Cène, version Judith Chicago
Ça  ne donne pas forcément envie de manger dans ces assiettes(!), plutôt de se mettre à la broderie à plusieurs!


atelier d’écriture du jeudi – n° 8

15 janvier 2021

Atelier 8 – jeudi 14 janvier
Aujourd’hui, 4 participantes présentes “en vrai” à l’atelier.

Nous sommes en l’an 21. Dans le journal de PEC du mois de janvier, une page A3 R/V est inserrée :

1 — 4 phrases (de vous) (qui ne sont pas des souhaits) que vous avez envie d’écrire, d’afficher (forme et sujet à votre guise).
Sélectionnez-en une ou 2 (seul.e ou avec l’avis des gens qui vous entourent) pour écrire (au gros feutre, que ce soit lisible de loin) sur la feuille A3.


2 — Ces derniers temps, quelque chose, une situation, que vous avez vu, lu, entendu, qui vous a marqué, questionné. Faites-en un texte bref, avec des phrases courtes (description, le factuel puis le questionnement personnel).

Martine :
J’ai entendu que dans un zoo des gorilles avaient eu le Covid. Cela m’a attristé que le virus se transmette à des singes.
Mais en même temps, nous avons tellement de points communs avec eux.
Mais quand même, où va t’on ?

Marie-Jo :
J ai vu un film sur des femmes en prison. Un monde que je croyais connaitre.
Mais je m’interroge encore sur certaines découvertes qui m’ont profondément marquée.
Des choses simples du quotidien devenaient surréalistes, les pensées les plus communes étaient cachées, des violences inattendues rythmaient les jours qui passaient.
Cet enfer est-il accessible aux personnes qui travaillent pour aider ces détenues ?

Dominique :
Trop beau le sourire de Lison, ses petits doigts arrachent le papier cadeau par petits bouts, bien consciencieusement, comme si elle sentait déjà qu’il y a dans la vie des moments précieux qu’il faut faire durer.
Trop beaux les yeux de Lison, des yeux pleins d’étoiles à la découverte du jouet.
Trop belle sa petite voix nous gratifiant d’un « Waouh »sonore du haut de ses 16 mois ;
Trop belle la vie dans les yeux d’un enfant…

 

3 — Une liste de souhaits dans des domaines très différents, mélangés également par différents styles d’écriture.

4 — Une liste de résolutions personnelles intenables.

5 — Parmi les résolutions de vos camarades (ou les vôtres si vous êtes seul.e), choisissez-en une. Développer une petite histoire (réflexion, fiction). La phrase choisie doit y figurer.

Martine :
Arrêter de parler surtout pour ne rien dire, pas facile je trouve quand j’aime parler, et que jacasser me fait plaisir. Et pourquoi je ferais cet effort si cela me fait du bien de blablater à tort et à travers ?

Marie-Jo :
Chaque fois que durant la journée je vis une situation nouvelle, immanquablement, je n’arrête pas de gamberger la nuit suivante.
Il suffit que quelqu’un me fasse une réflexion même anodine, et voilà, je la tourne et la retourne dans ma tête toute la nuit.
Peut-être que si j’imaginais un berger avec des gants de toutes les couleurs, cela m’apaiserait.

Dominique :
Le jour où j’ai décidé de conduire la voiture pour aller nulle part, ma fille m’a demandé : « C’est où nulle part ? ». Alors je me suis souvenue d’une chanson qui disait : « C’est quand qu’on va où ? », et j’ai réalisé que je n’étais pas si paumée que ça…
On est très nombreux à aller nulle part en définitive.

 

6 — Écrivez 2 phrases à partir de tout ce que l’on a écrit et entendu dans les lectures depuis le début de cet atelier. Écrivez-les (visible de loin) sur une feuille A3 (pour chacune d’elles).

7 — A partir de la liste de vos souhaits, choisissez-en un que vous développerez en une petite histoire.

Martine :
Je souhaite marcher à la montagne où il n’y a personne. Mettre un pas devant l’autre, regarder la nature et écouter le silence et entendre soudainement le chant d’un oiseau. Regarder une plante et s’arrêter pour l’observer et surtout ne pas l’arracher. Respirer ce bon air pur, puis s’arrêter et contempler ce qui m’entoure, quel pur bonheur !!!

Marie-Jo :
Je souhaiterais ressembler à quelqu’un d’autre. Je serais grande, belle, riche et la meilleure amie du monde. Je distribuerais l’amour et la joie de vivre à tous les cons pour les rendre meilleurs. Je vivrais auprès de Bacchus pour m’enivrer et trouver l’élixir qui me rendrait immortelle.

Dominique :
Il était une fois, dans un monde où les roses n’avaient pas d’épines, un troupeau de cons qui avaient perdu le contrôle de la machine à temps. Celle- ci s’était emballée : tantôt STOP, tantôt RWD (rembobinage), ça n’arrêtait pas d’embêter tout le monde! Alors, tous les petits princes et les petites princesses du monde ont tenté un dernier truc avant de changer de planète :

 

8 — A partir de cette proposition de Gébé dans l’AN 01, écrivez une phrase (sur A3)

Ces feuilles A3 et les 3 petits textes figureront sur la vitrine du Lieu/Lien (à venir très prochainement..!!)